•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Metrolinx retire les bornes de recharge de voitures électriques des stations de train GO

une pompe dans une borne de recharge de voiture électrique

Il y avait plusieurs bornes de recharge pour voitures électriques dans 12 stations de train GO de Metrolinx.

Photo : Associated Press / Toby Talbot

Radio-Canada

Citant la faible demande, Metrolinx a retiré les bornes de recharge de véhicules électriques de 12 stations de train GO situées dans la grande région de Toronto et Hamilton.

Vingt-quatre bornes de recharge pour voitures électriques, gérées par Chargepoint, avaient été installées dans les parcs de stationnement de ces arrêts de train.

Le 21 novembre, l'agence de transport provinciale a mis les stations hors service, mettant fin au programme pilote mis en place par le précédent gouvernement libéral et censé durer trois ans.

Nous avons constaté une faible demande pour les bornes de recharge et les coûts du programme étaient supérieurs aux gains engendrés, lit-on sur le site web de Metrolinx.

Les stations de recharge n'étaient utilisées que 0,8 fois par jour en moyenne, selon Metrolinx.

En 2017, les bornes de recharge ont été utilisées 3610 fois au total dans les 12 stations où elles étaient installées.

Malgré ces données, l'opposition officielle à Queen's Park, le NPD, soutient que cette décision de les retirer est une vision à court terme.

En retirant les bornes de recharge de véhicules électriques déjà installées, Doug Ford tire en arrière l'Ontario et gaspille de l'argent, écrit dans un communiqué le porte-parole du NPD en matière de changement climatique, Peter Tabuns.

Il estime par ailleurs que cette décision pénalise les conducteurs qui « envisagent d'acheter un véhicule électrique, mais aussi l'environnement ».

Une porte-parole de Metrolinx a déclaré dans un courriel envoyé à Radio-Canada que c'était toutefois l'agence de transport et non le gouvernement Ford qui avait pris la décision de retirer les bornes.

Selon Metrolinx, bien que ces bornes aient été retirées, l'infrastructure sous-jacente, le câblage, les conduits et les unités de montage restent en place.

De son côté, le Parti vert de l'Ontario a fait savoir dans un communiqué qu'il respectait le fait que Metrolinx ait pris une décision d'affaires, mais c'est une décision à courte vue qui finira par coûter plus cher à la population ontarienne à long terme.

Selon le parti, d'ici 2040, 55 % de tous les nouveaux véhicules seront électriques. Le parti considère par ailleurs que le gouvernement progressiste-conservateur est « hostile » à l'économie à faibles émissions de carbone et que c'est cela qui provoque un manque de confiance de la part du secteur privé et des organismes provinciaux pour investir dans des technologies vertes dans la province.

Toronto

Transports