•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première expérience en boxe internationale pour Alexandre Gaumont

Alexandre Gaumont lance un crochet de gauche au corps de son adversaire pendant un combat d'entraînement
Le boxeur Alexandre Gaumont lors d'un combat simulé avec le boxeur professionnel Danyck Croteau Photo: Courtoisie / Line Ducharme
Jonathan Jobin

Le boxeur gatinois Alexandre Gaumont s'apprête à vivre une série de premières. Premier camp avec l'équipe du Québec, premier voyage de boxe à l'extérieur du pays et un premier combat international... un premier, d'ailleurs, sans son père, qui est aussi son entraîneur.

Si un boxeur prétend souvent qu'il ne craint rien, Gaumont le reconnaît d'emblée, l'expérience qu'il va vivre au cours des dix prochains jours, en Tunisie, lui fait un peu peur.

 Je te dirais que oui. Je suis un gars quand même stressé. Avoir mon équipe me rend plus calme et à l'aise, mais là, je m'en vais vers l'inconnu complètement. Je ne sais même pas avec qui je m'en vais là-bas , confie le boxeur de 24 ans.

Son père, Marcellin, propriétaire avec lui du club BG de Buckingham, était dans son coin pour les 18 combats qu'il a disputés jusqu'ici dans les rangs amateurs. Il est sorti vainqueur à 17 occasions dont 11 fois par mise hors de combat.

C'est sa récente victoire du tournoi des Gants dorés qui lui a ouvert les portes de l'Équipe du Québec.  J'ai encore beaucoup de choses à apprendre. [...] Je m'entraîne toujours avec mon père, mais il ne voit pas toujours les erreurs que je fais parce qu'on est rendus trop habitués ensemble , rigole le jeune homme.

Le boxeur Alexandre Gaumont en compagnie de son père et entraîneur, MarcellinLe boxeur Alexandre Gaumont en compagnie de son père et entraîneur, Marcellin Photo : Radio-Canada

Le boxeur mise surtout sur les nouveaux yeux qui verront sa boxe. Il sait qu'il va emmagasiner une expérience inestimable sur le continent africain, notamment en côtoyant Mike Moffa, un entraîneur reconnu.  C'est un grand entraîneur ! Il a dirigé plusieurs boxeurs professionnels. J'ai hâte de voir ce qu'il va me dire. Je pourrai alors travailler sur mes erreurs , ajoute Gaumont.

Une chose est certaine, Alexandre Gaumont a bien hâte de faire son premier combat international dans sa catégorie habituelle des 75 kg, contre un adversaire qu'il ne connaît toujours pas. C'est certain que je vais y aller plus prudemment au début parce que je ne le connaîtrai pas du tout. Mais, une fois que je vais être dans le combat, je vais faire la même chose qu'ici. Je vais m'essayer pour le KO, raconte Gaumont.

Au retour de la compétition en Tunisie, le boxeur de Buckingham terminera sa préparation pour les championnats canadiens qui auront lieu en avril. Il s'y rendra avec l'intention de gagner, ce qui pourrait éventuellement lui ouvrir les portes d'autres grands tournois internationaux.

Ottawa-Gatineau

Boxe