•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shell met en vente sa raffinerie ontarienne

Gros plan d'une dizaine de cheminées d'une raffinerie de prétrole.
On surnomme la région de Sarnia la «vallée chimique» en raison de toutes les entreprises de pétrochimie qui y sont installées. Photo: La Presse canadienne / Dave Chidley/Canadian Press
Radio-Canada

La pétrolière cherche un acheteur pour sa raffinerie située à Corunna, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, de même que son centre de distribution de Hamilton. Shell indique ne pas vouloir fermer l'usine si aucun acheteur satisfaisant ne se manifeste.

Un texte de Floriane Bonneville

La compagnie indique qu'il ne s'agit que de l'expression d'un intérêt de vente et qu'une entente n'a pas été encore conclue.

Selon la porte-parole de Shell Canada, Tara Lemay, l'entreprise est en train d'examiner le marché et l'attention portée à la compagnie de la part de divers acheteurs envers la raffinerie de Sarnia et le centre de distribution de Hamilton.

Le principe directeur est d’obtenir le plus de valeur possible pour l’entreprise et pour Shell, explique pour sa part Guy Hackwell, directeur d'usine de la raffinerie à Sarnia.

Mme Lemay mentionne que l'entreprise veut voir si les autres voient eux aussi de la valeur dans cette raffinerie.

Ce n'était pas une décision facile, comme nous avons des liens solides dans la communauté, mais je m'attends à ce que les acheteurs voient tout le potentiel de notre entreprise.

Guy Hackwell, directeur d'usine de la raffinerie à Sarnia

Le processus prendra plusieurs mois à compléter. Si aucun acheteur satisfaisant ne se manifeste, Shell gardera son usine ouverte.

Tara Lemayindique que la compagnie entend maintenir sa stratégie commerciale en Ontario et ne souhaite pas vendre ses installations d'aviation et de vente au détail.

Shell emploie quelque 400 personnes à Sarnia et produit 77 000 barils de pétrole par jour.

L'entreprise pétrolière anglo-néérlandaise a investi dans un projet d'exploitation du gaz liquéfié en Colombie-Britannique appelé LNG Canada, auquel participe aussi Mitsubishi, Petronas, PetroChina et Korea Gas Corporation.

Mme Lemay mentionne que Shell possède 40 % des parts dans LNG Canada, un projet d'une valeur de 40 milliards de dollars.

Industrie pétrolière

Économie