•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture d'un comptoir UPS après une remarque jugée raciste d'un employé

Katrice Bent regarde la caméra.
Katrice Bent dit qu'un employé lui a fait une remarque raciste lorsqu'elle est revenue chercher un colis. Photo: Radio-Canada / Krystalle Ramlakhan
Radio-Canada

UPS a fermé l'un de ses comptoirs de Gatineau après qu'une femme s'y soit plainte d'un employé qui lui avait fait une remarque raciste.

La décision de fermer le comptoir, situé à l'intérieur de l'animalerie Nutri-Pro Le Plateau, rue de l'Atmosphère, a été prise vendredi, a confirmé par courriel un porte-parole de la compagnie UPS Canada.

Nous pouvons confirmer qu'après enquête sur l'incident, cet endroit ne fera plus partie de notre réseau de points d'accès UPS, a écrit Murssal Akramy, de UPS Canada.

L'incident a commencé le 3 janvier lorsque Katrice Bent, 19 ans, s'est rendue au magasin pour prendre une livraison de fleurs. Mme Bent était de retour à la maison pendant la pause des fêtes de son école à Toronto et venait de subir une opération.

Lors de sa première visite, Mme Bent a senti que l'employé de l'animalerie qui tenait le comptoir d'UPS l'avait ignorée et avait commencé à servir d'autres clients en ligne. Elle s'est plainte, déclenchant une dispute avec l'homme, qui lui a finalement demandé de quitter le magasin, a dit Mme Bent.

Tu viens d'emménager ici?

Mme Bent est partie sans son colis, mais est revenue plus tard dans la journée. Elle a dit que le même employé l'avait accusé d'avoir causé des ennuis et qu'à un moment donné, ils se sont tous deux emparés de son colis avant que l'homme ne le place derrière le comptoir hors de sa portée.

Il a commencé à me poser des questions très personnelles. Il dit : "Oh, tu viens d'emménager ici ?", a expliqué Mme Bent.

Je ne m'attendais certainement pas à ce qu'il en arrive à un niveau raciste.

Katrice Bent

Mme Bent a affirmé que l'homme a commencé à la filmer sur son téléphone portable, alors elle a commencé à le filmer.

Sur la vidéo, l'homme accuse Mme Bent de causer des ennuis et d'agir comme un « trou du cul », puis dire : J'aimerais que des gens comme vous ne viennent pas dans notre pays.

L'animalerie nutri-pro de Gatineau.UPS a décidé de fermer le comptoir situé à l'intérieur de l'animalerie à la suite de l'incident. Photo : Radio-Canada / Krystalle Ramlakhan

Insultée

J'étais vraiment choquée, a affirmé Mme Bent. Je ne m'attendais certainement pas à ce qu'il en arrive à un niveau raciste.

Mais selon l'employé, qui souhaite rester anonyme par crainte de représailles, c'est l'impatience de Mme Bent qui était problématique.

Mme Katrice était d'humeur explosive [...] J'ai dit une phrase que je dois regretter, mais qu'on m'a poussé à bout à dire. Mme Katrice est revenue dans mon magasin pour avoir son colis, a-t-il expliqué.

La vidéo montre ensuite l'homme qui appelle la police et Mme Bent fait de même. La police de Gatineau confirme qu'elle a répondu à un appel pour perturbation au magasin ce jour-là, où elle a « assuré une transaction pacifique entre les deux parties », selon le porte-parole de la police Patrick Kenney.

Malheureusement, la police ne peut pas faire grand-chose pour l'instant, il n'y a pas de plainte de déposée. Nous ne pouvons pas intervenir  pour l'instant, a fait valoir M. Kenney.

Le propriétaire de l’animalerie a refusé une entrevue au sujet de l'incident, mais a écrit à CBC/Radio-Canada dans un message qu'il y avait deux versions de l'histoire.

Il faut réagir

Mme Bent a soutenu qu'elle a fait un suivi auprès de la direction du magasin, mais qu'elle ne s'est pas sentie écoutée. Elle s'est également plainte à UPS Canada et a envoyé sa vidéo à l'entreprise.

UPS ne tolère pas la discrimination et, bien que les personnes impliquées dans cette malheureuse situation ne soient pas employées par UPS, nous prendrons les mesures appropriées pour nous assurer que nos clients reçoivent un excellent service, a écrit Murssal Akramy de UPS Canada.

Mme Bent, qui a fini par obtenir ses fleurs, a dit qu'elle allait rendre publique son histoire en partie pour encourager les gens à parler lorsqu'ils sont témoins de tels incidents.

Si les gens s'expriment quand ils sont témoins de quelque chose avec lequel ils ne sont pas d'accord, ces choses arriveraient beaucoup moins souvent.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Avec les informations de CBC

Ottawa-Gatineau

Justice et faits divers