•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ambiance « pourrie » chez GM à Oshawa, selon un employé

Des voitures devant une usine au loin.
L'usine de GM à Oshawa fermera à la fin de 2019. Photo: La Presse canadienne / Eduardo Lima

Un employé de General Motors à Oshawa décrit une atmosphère de travail difficile après le rejet des propositions du syndicat des employés par la direction du constructeur automobile sur la fermeture de son usine d'Oshawa.

L'ambiance est pourrie, c’était le dernier coup de masse que nous avons eu, a lâché José Flamand, chef d’équipe à l’usine de GM à Oshawa, dans une entrevue pour l’émission Y a pas deux matins pareils, jeudi matin à Toronto.

C’est fini, c’est fini.

José Flamand, chef d’équipe à l’usine de GM à Oshawa

Mardi, une réunion entre le syndicat des employés et la direction de GM s’est soldée par le rejet des propositions faites par le syndicat Unifor. Plusieurs scénarios avancés par Unifor prévoyaient pourtant que le constructeur pouvait continuer à faire des profits en poursuivant les activités à cette usine.

AUDIO : Un travailleur de l'usine GM d'Oshawa donne le pouls de lieux

À écouter à 6 h 19 sur le site de Y a pas deux matins pareils

Depuis cette annonce, les employés ont débrayé spontanément à deux reprises.

Un véhicule au premier plan, des employés dans une usine à l'arrière.Les employés ont perturbé les chaînes de montage de l'usine d'Oshawa. Photo : Twitter/@JerryPDias

La moitié des gens réalise que c’est fini, l’autre moitié croit encore à un miracle, explique M. Flamand, décrivant l'ambiance de travail et un climat plus que tendu à l'usine.

Beaucoup de gens arrivent pour travailler, mais ils ne peuvent pas fonctionner, décrit-il. Certains d’entre eux vont à l’infirmerie, notamment en raison de l’ambiance déprimante. C’est comme une bombe à retardement, dit-il.

Ces départs des employés de leur poste de travail perturbent la chaîne de production, car si plusieurs personnes de la même équipe manquent à l’appel, la chaîne cesse sa production. Avant, il y avait des remplaçants, mais maintenant il n’y en a plus, explique M. Flamand.

General Motors compte également des usines à Ingersoll, près de London, ainsi qu’à St. Catharines, en Ontario, qui ne seraient pas touchées par la restructuration et qui pourraient accueillir des employés d’Oshawa. On n’a absolument rien vu de concret, on n’a aucune information, regrette cependant M. Flamand.

Le chef d’équipe n’écarte pas la possibilité de continuer à travailler pour GM. Malheureusement, il faut que je dise que oui [ça m'intéresse]. J’irai parce que j’ai une famille. Mais idéalement, non, a-t-il conclut.

L’usine d’Oshawa compte plus de 2500 employés et fermera ses portes à la fin de l’année. Elle les avait ouvertes en 1918.

Industrie automobile

Économie