•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible ouverture des bars jusqu'à 3 h à Hull : citoyens et tenanciers se rencontrent

Une rue du secteur de Hull, à Gatineau, où circulent des piétons en hiver.

Les consultations sur les heures d'ouverture des bars dans le secteur de Hull ont été lancées mercredi.

Photo : Radio-Canada

Nathalie Tremblay

L'ouverture des bars jusqu'à 3 h du matin au centre-ville de Gatineau continue de soulever des inquiétudes. Une vingtaine de résidents de l'île de Hull ont pris part mercredi soir à une assemblée citoyenne pour discuter de la question.

Plusieurs résidents considèrent que, même si les temps ont changé, plusieurs conditions qui étaient réunies au moment des épisodes de violence sur la promenade du Portage sont toujours présentes. Ils ont évoqué les différences réglementaires qui persistent entre l'Ontario et le Québec sur l'âge légal de consommation d'alcool. Selon eux, l'heure additionnelle qui pourrait être accordée risque d'inciter des Ontariens à venir faire la fête du côté québécois.

En 1997, l’ancienne Ville de Hull avait statué que la fermeture des débits de boissons dans le centre-ville serait à 2 h.

Michel Moreau, qui réside au centre-ville de Gatineau depuis plus de 20 ans, a connu l'époque peu glorieuse de la promenade du Portage.

Ça se battait, ça criait et ça coûtait très cher en services policiers. Aussi, beaucoup de gens se retrouvaient devant les tribunaux pour voie de fait ou désordre, encore des coûts additionnels. Je pense qu'il n’y a pas lieu de revivre ça, on a l'expérience du passé, a fait valoir M. Moreau.

Pour leur part, les tenanciers présents à la rencontre ont fait valoir que la mesure est inéquitable, puisque seuls les établissements licenciés du centre-ville sont tenus de fermer leurs portes à 2 h du matin. Ils considèrent que la mesure est répressive et qu'elle va à l'encontre des efforts de la Ville pour créer un pôle ludique.

C’est un projet pilote, essayons-le, nous allons le voir ce qui se passe. Nous allons être les premiers à dire : "regardez, ça n’a pas d’allure ou vous voyez, il n’avait pas raison de s’inquiéter", selon Katherine Marceau, copropriétaire du bar Ou quoi à Gatineau.

L'Association des résidants de l'île de Hull (ARIH) qui a organisé la rencontre tiendra compte des opinions exprimées par les résidents dans le mémoire qu'elle entend présenter à la ville dans le cadre des consultations sur la prolongation des heures d'ouverture des bars.

Daniel Cayley-Daoust, président de l'ARIH, assure que son association tiendra compte des opinions exprimées mercredi soir. Il soutient toutefois que plusieurs questions demeurent sans réponses.

Pour nous, c’est important de défendre la perspective des résidents. La cohabitation est importante entre les commerces de tous les genres incluant les bars, ce n’est pas impossible de faire cette cohabitation-là, il faut juste y réfléchir, a-t-il précisé.

Près de 2000 citoyens ont déjà répondu à la consultation en ligne sur le prolongement des heures d'ouverture des bars du secteur de Hull. La Ville de Gatineau a donc décidé de repousser du 15 au 31 janvier la date pour y participer.

Ottawa-Gatineau

Société