•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Chine, Kim Jong-un prône un second sommet productif avec Trump

Le leader nord-coréen Kim Jong-un salue la foule lors de sa visite à Pékin.
Le leader nord-coréen Kim Jong-un salue la foule lors de sa visite à Pékin. Photo: AFP/Getty Images / ED JONES
Agence France-Presse

Kim Jong-un a promis de faire en sorte que son deuxième sommet avec Donald Trump débouche sur des « résultats » qui répondront aux attentes de la communauté internationale, selon un compte rendu de la visite à Pékin du dirigeant nord-coréen diffusé jeudi par l'agence Chine nouvelle.

Lors d'un entretien mardi avec M. Kim, le président chinois, Xi Jinping, a de son côté appelé la Corée du Nord et les États-Unis à « faire un pas l'un vers l'autre », soulignant qu'une « rare chance historique » s'offrait pour parvenir à un règlement politique dans la péninsule coréenne, selon l'agence de presse officielle chinoise.

Simultanément, l'agence officielle nord-coréenne KCNA a annoncé que M. Kim avait fait part à M. Xi de « sa préoccupation en raison de l'impasse créée dans le processus d'amélioration des relations entre les États-Unis et la RPDC et dans les discussions sur la dénucléarisation ».

« La position de principe » de Pyongyang visant à « parvenir à une solution pacifique par le dialogue reste inchangée », a déclaré M. Kim, selon KCNA.

L'homme fort de Pyongyang a regagné son pays jeudi après une visite surprise en Chine. Comme à l'habitude, Pékin a attendu qu'il ait quitté le pays pour dévoiler le contenu de ses entretiens avec les dirigeants chinois.

Cette quatrième en moins d'un an s'est déroulée alors qu'un deuxième sommet Kim-Trump est en préparation à une date et dans un lieu inconnus, après la rencontre historique de Singapour en juin dernier entre le dirigeant nord-coréen et le président des États-Unis.

Un sommet imminent?

Donald Trump et Kim Jong-un sont assis face à face à une table, entourés de leurs délégation.Donald Trump et Kim Jong-un lors du sommet entre les États-Unis et la Corée du Nord, à l'hôtel Capella, à l'île Sentosa, à Singapour, le 12 juin 2018. Photo : Getty Images / AFP/Saul Loeb

Ce voyage de Kim Jong-un à Pékin est le signe qu'un second sommet entre ce dernier et le président Trump est « imminent », a estimé le président sud-coréen Moon Jae-in.

« La visite en Chine du président Kim Jong-un aura un effet très positif sur la réussite du second sommet USA-Corée du Nord », a-t-il dit aux journalistes.

De l'avis des experts, Pékin et Pyongyang ont cherché lors de cette visite à rapprocher leurs positions avant le nouveau rendez-vous prévu avec l'hôte de la Maison-Blanche.

La Corée du Nord « continuera à adhérer à sa position en faveur de la dénucléarisation et d'un règlement de la question de la péninsule coréenne par le dialogue et les consultations », a mentionné Kim Jong-un, selon des propos rapportés par l'agence chinoise au style indirect.

Mais le sens que donne Pyongyang au concept de « dénucléarisation de la péninsule » notamment pose problème si cela doit s'accompagner d'un départ des troupes américaines basées en Corée du Sud.

« M. Kim a émis l'espoir que les parties en présence attachent une grande importance aux préoccupations légitimes de la Corée du Nord et y répondent positivement, tout en travaillant ensemble à une solution globale de la question de la péninsule coréenne », a poursuivi Chine nouvelle.

Des discussions au point mort

Les discussions entre Pyongyang et Washington sur l'arsenal nucléaire nord-coréen sont dans l'impasse depuis la rencontre entre les deux dirigeants à Singapour.

Les États-Unis répètent que les sanctions doivent rester en place tant que le Nord n'aura pas renoncé à ses armes nucléaires, alors que Pyongyang exige leur allègement immédiat. La Chine voudrait également que la communauté internationale assouplisse ces sanctions.

Aucun traité de paix n'a été signé au terme du conflit coréen (1950-1953), la péninsule restant divisée entre deux États techniquement en guerre.

Après avoir échangé menaces et insultes, MM. Kim et Trump ont amorcé un réchauffement spectaculaire au début de l'an dernier.

La Chine, principale alliée du régime nord-coréen, s'est également rapprochée de Pyongyang après avoir appliqué à son encontre les sanctions internationales. M. Kim s'est rendu à quatre reprises en Chine depuis mars tandis qu'il n'avait jamais rencontré le président chinois depuis son arrivée au pouvoir au début de la décennie.

La Chine « soutient la tenue de sommets entre la Corée du Nord et les États-Unis qui aboutissent à des résultats », a ajouté Xi Jinping, appelant à des concessions de part et d'autre. « La Chine espère que la Corée du Nord et les États-Unis feront un pas l'un vers l'autre », a-t-il conclu.

Kim Jong-un a déclaré que « son pays ferait en sorte que le deuxième sommet entre les dirigeants de la Corée du Nord et des États-Unis débouche sur des résultats qui seront salués par la communauté internationale », selon Chine nouvelle.

Le numéro un nord-coréen a salué « le rôle important » joué par la Chine dans l'apaisement de la tension en Corée depuis l'an dernier, rapporte l’agence.

Politique internationale

International