•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La persévérance d’une réfugiée syrienne à Trois-Rivières

La dame qui regarde un enfant qui a un bébé jouet dans les mains.

Berivan Ahmad est une réfugiée syrienne issue de la minorité kurde qui habite maintenant à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Berivan Ahmad, une réfugiée de la Syrie, est arrivée à Trois-Rivières à l'hiver 2016 sans connaître la culture ni la langue. Trois ans plus tard, à force de travail et de persévérance, la femme de 28 ans s'est trouvé un emploi qui lui plaît et où elle est appréciée.

La jeune femme est venue en Mauricie dans la foulée de la vague de réfugiés syriens qui sont arrivés au Canada.

Elle a suivi des cours de français, ce qui lui a permis d’obtenir son premier emploi au Québec dans un atelier de couture de Trois-Rivières.

Berivan Ahmad a toutefois poursuivi ses démarches dans l’espoir de travailler dans le domaine qui l’intéressait vraiment, celui de la petite enfance.

Elle a suivi une formation dans ce domaine et a réussi à décrocher un contrat, un remplacement de congé de maternité.

Depuis trois mois, Berivan Ahmad est aide-éducatrice au Centre de la petite enfance (CPE) Le cerf-volant dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

La femme qui fait la nourriture et on y voit les enfants derrière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Berivan Ahmad est arrivée à Trois-Rivières à l'hiver 2016.

Photo : Radio-Canada

Le défi pour moi reste toujours la langue! Je parle pas pire, je me trompe beaucoup, mais j'essaie d'avancer jour après jour, affirme Berivan Ahmad.

Pour quelqu'un qui vient d'apprendre le français, dans un nouveau pays, ce n'est pas quelque chose de facile, mais ce n'est pas impossible de le faire aussi. Avec la volonté, je pense qu'on peut avancer aussi.

Berivan Ahmad, réfugiée syrienne

La directrice du CPE Le cerf-volant, Anita Julien, n'a que de bons mots pour sa nouvelle recrue.

Elle est sympathique à tous et elle est attentive à tous, dit-elle. Elle a vraiment appris rapidement et elle se débrouille très bien. Elle est appréciée de tout le monde.

Dame debout et des enfants derrièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice générale du CPE Le cerf-volant, Anita Julien, est heureuse d'avoir accueilli Berivan Ahmad dans son équipe.

Photo : Radio-Canada

C'est la première fois qu'on a quelqu'un ici qui est réfugié, mais, bien franchement, je n'avais pas vu dans son curriculum qu'elle arrivait de Syrie et qu'elle faisait partie des réfugiés, raconte Anita Julien.

Le Service d'accueil aux nouveaux arrivants (SANA) salue le parcours de la jeune réfugiée. La direction de l’organisme estime qu'elle constitue un modèle d'intégration, qui contribue à briser les préjugés à l'égard des immigrants.

Berivan Ahmad assise pas terre qui regarde un enfant deboutAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Berivan Ahmad rêve un jour d'ouvrir sa propre garderie.

Photo : Radio-Canada

Berivan Ahmad, elle, continue de s’accrocher à ses rêves. Elle aimerait un jour ouvrir son propre milieu de garde.

D'après le reportage de Marie-Ève Trudel

Mauricie et Centre du Québec

Nouveaux arrivants