•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa lance un nouveau programme d'aide pour les victimes de la thalidomide

Un petit garçon victime de la thalidomide dans les années 1960.

Un petit garçon victime de la thalidomide dans les années 1960

Photo : Getty Images / Getty Images/Keystone

La Presse canadienne

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, confirme que le gouvernement lancera au printemps un nouveau programme financier destiné aux Canadiens victimes de la thalidomide, un médicament autrefois utilisé pendant la grossesse et qui est désormais interdit.

Le Programme canadien de soutien aux survivantes de la thalidomide remplacera le programme actuel et fournira un paiement forfaitaire non imposable aux survivants afin de couvrir leurs besoins en soins de santé.

La thalidomide était un médicament considéré comme sûr et efficace, notamment pour contrer les nausées chez les femmes enceintes, lors de son lancement au Canada en 1959. Il a été interdit en 1962 après que l'on eut découvert qu'il causait des malformations congénitales et des décès de nourrissons.

Le nouveau programme comprend un fonds spécial pour aider les victimes à assumer leurs dépenses médicales, telles que des chirurgies spécialisées non couvertes par les régimes de santé provinciaux et territoriaux, afin de faire face aux nouveaux défis qui se posent avec l'âge.

Le gouvernement fédéral avait mis en place un programme d'assistance pour les survivants de la thalidomide dans les années 1990 et l'avait remplacé en 2015.

La ministre Petitpas Taylor a déclaré que le gouvernement avait reconnu que les critères d'admissibilité du programme précédent avaient peut-être exclu certains survivants de la thalidomide.

Ce plan de compensation prévoyait un dédommagement unique de 125 000 $, tandis que les demandeurs admissibles au nouveau programme recevront un « paiement à titre gracieux » de 250 000 $ en plus de paiements continus exempts d'impôt.

Une aide insuffisante, selon des victimes

Un groupe de survivants, le Thalidomide Survivors' Task Group, s'est dit déçu de l'annonce faite mercredi, affirmant que ses membres vivaient toujours avec un handicap physique nécessitant un soutien financier plus important.

Le traitement des victimes de la thalidomide par le gouvernement canadien est « honteux », a écrit le groupe dans un communiqué.

Politique fédérale

Politique