•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cannabis coûte plus cher depuis sa légalisation

De la marijuana sur des billets.

Un gramme de cannabis au Canada coûte près de 50 % de plus sur le marché légal, selon une étude de Statistique Canada.

Photo : iStock / 400tmax

Radio-Canada

Le prix du cannabis a connu une hausse significative depuis sa légalisation. Les produits proposés en vente légale se vendent plus cher que ceux disponibles sur le marché noir, selon une analyse des prix réalisée par Statistique Canada.

Statistique Canada a recueilli des données (Nouvelle fenêtre) sur le prix du cannabis avant sa légalisation le 17 octobre 2018, qu'elle a comparé au prix moyen à la fin de la même année, c'est-à-dire après la légalisation. Il en ressort une hausse de 17 % du prix pour un gramme de cannabis.

Le prix moyen d'un gramme de cannabis médicinal ou autre coûtait 9,70 $, comparativement à 6,51 $ sur le marché noir au cours du quatrième trimestre de l'an dernier, précise l’agence fédérale.

« Il n'est pas surprenant que le prix de l'herbe ait augmenté », affirme David Clement, directeur des affaires nord-américaines du Consumer Choice Centre, un groupe de défense des consommateurs qui fait une veille réglementaire à l'échelle mondiale. Il estime que deux facteurs principaux font augmenter les coûts du cannabis : les taxes et le manque de concurrence.

Les taxes et les frais créent des prix qui sont élevés […], et puis un manque de concurrence empêche ces prix d'être lentement poussés à la baisse.

David Clement, défenseur des consommateurs

« Il en coûte un demi-milliard par an pour appliquer les règles et règlements de la Loi sur le cannabis, afin de générer les revenus nécessaires pour couvrir les frais et les licences qu'ils ont imposés aux producteurs autorisés », ajoute M. Clement.

Les revendeurs illégaux ont encore de beaux jours devant eux

Dans la majorité des provinces et des territoires, l'accès au cannabis est limité aux commerces de détail et aux boutiques en ligne gérés par le gouvernement.

Il n'y a que sept permis de vente au détail du cannabis pour une région de l'Ontario de la taille de la Nouvelle-Écosse.

Les problèmes de prix permettront aux vendeurs illégaux de rester « en affaires », pense Jeffrey Lizotte, un lobbyiste du cannabis et PDG de Next Wave Brands.

Le sujet revient souvent dans les échanges avec Santé Canada et les organismes de réglementation provinciaux pour aider à alléger le fardeau et s'assurer que le cannabis légal puisse faire face à la concurrence du marché noir pour ce qui est des prix. « C’est la seule façon pour nous de déplacer le marché noir », explique Jeffrey Lizotte.

D’après l'enquête, quelque 7,7 % des personnes interrogées ont déclaré avoir acheté du cannabis pour la première fois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Drogues et stupéfiants

Économie