•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Parent invite Guy Caron à se présenter pour les libéraux fédéraux

Guy Caron répond aux questions des journalistes à Ottawa.

Guy Caron, député fédéral de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Photo : Radio-Canada

Laurie Dufresne

Le maire de Rimouski, Marc Parent, invite le député néo-démocrate de Rimouski–Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron, à se présenter sous la bannière libérale lors des prochaines élections fédérales.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, le maire dit constater que les circonscriptions représentées par des députés au pouvoir obtiennent davantage d'argent et d'écoute des gouvernements que celles qui sont représentées par un parti d'opposition.

Rimouski étant dans l’opposition depuis des années, autant sur la scène fédérale que provinciale, Marc Parent a l’impression que sa ville n’a pas sa juste part.

Je suis persuadé que si M. Caron démontre une certaine ouverture à un changement d'orientation politique, probablement que le gouvernement Trudeau serait très, très heureux de l'accueillir dans son équipe, affirme-t-il.

Je ne suis pas à la place de Guy Caron, mais je me dis que les valeurs NPD et les valeurs libérales ne me semblent pas si éloignées l'une de l'autre.

Marc Parent, maire de Rimouski
Le maire Marc Parent est assis à une table.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire Marc Parent invite Guy Caron à changer de parti politique.

Photo : Radio-Canada

Guy Caron ferme la porte

La proposition a été rejetée sur-le-champ par le principal intéressé. Guy Caron trouve décevante l'analyse du maire.

En 15 ans de vie politique, le député néo-démocrate dit avoir souvent entendu cet argumentaire.

Ce n'est pas vrai qu'aujourd'hui, on téléphone à un ou deux ministres et on a 3 millions qui nous viennent comme cela des nuages.

Guy Caron, député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Il va y avoir certains éléments anecdotiques contre lesquels il faut se battre et s'assurer que ça ne se répète pas. Mais, lorsqu'on veut avoir des subventions, des sommes fédérales pour différents programmes, il faut faire le travail [...] faut faire la demande, réplique le député.

Guy Caron vante aussi la liberté de parole d'un député d'opposition. Il évoque à cet égard le silence des députés libéraux fédéraux au sujet de la gestion de l'offre, du contrat de VIA Rail qui a échappé à Bombardier et de la question du bois d'œuvre.

Il promet donc de se présenter aux élections du 21 octobre prochain sous la bannière du NPD.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale