•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces cyclistes qui enfourchent leur vélo au mois de janvier

Cinq cyclistes discutent à l'extérieur avec leur vélo
Quelques cyclistes pédalent toute l'année à Windsor. Si le froid n'est pas un obstacle, c'est l'intéraction avec les automobilistes qui est plus difficile. Photo: Radio-Canada / Rose St-Pierre
Rose St-Pierre

Dans la ville la plus au sud au Canada, la température n'est pas un obstacle au vélo quatre saisons. C'est plutôt la culture automobile qui demeure le principal défi. Portraits de cyclistes qui pédalent même en janvier dans une ville où les géants Chrysler et Ford emploient des millers de personnes.

Victor Sevillano

Victor Sevillano a pédalé en Allemagne comme au Canada et a pu constater le changement de culture vis-à-vis du vélo d’un endroit à l’autre. Depuis l’âge de huit ans, il circule en bicyclette toute l’année. Lorsqu’il a emménagé à Windsor, il y a quinze ans, il a choisi l’emplacement de sa résidence en fonction de son trajet à bicyclette.

Mais même si la météo est clémente, le partage de la route avec les automobilistes, surpris de le voir pédaler à leurs côtés, demeure un défi selon lui.

Lori Newton

Faire la promotion du vélo à Windsor-Essex est un défi, confie Lori Newton, qui dirige un organisme qui fait la promotion du transport en vélo dans la région depuis 2011. Ici, on a tendance à penser que c’est vélos contre automobiles. Notre rôle est de rappeler que ce n’est pas "eux versus nous".

Lori a fait du vélo un engagement politique. Elle doit rappeler fréquemment qu’au même titre que les voitures, les bicyclettes ont besoin de stationnements, de routes dégagées et la possibilité de rouler en toute sécurité.

Oliver Swainson

Olivier habite Windsor depuis 30 ans et a pratiqué le vélo d’hiver de Montréal à Toronto. Aujourd’hui, il a fait de sa passion son métier, en donnant des ateliers d’éducation cycliste et de mécanique auprès de jeunes et d’adultes. Pour lui, il n’y a pas de grandes différences entre utiliser une voiture ou pédaler: Il faut juste mettre davantage de couches assure-t-il.

Olivier a aussi organisé des activités de sensibilisation auprès des policiers de Windsor. Il y a encore beaucoup de travail à faire. Plusieurs policiers ne savent pas que les vélos sont considérés comme des véhicules [...] alors nous avons les mêmes droits. Mais Oliver ajoute qu’avoir les mêmes droits que les automobiles signifie aussi... avoir les mêmes responsabilités!

Chris Waters et Philip Dutton

Chris Waters et Philip Dutton se rendent à l’Université de Windsor en vélo tous les jours, beau temps mauvais temps.

Philip Dutton, professeur au département de chimie, a pendant longtemps parcouru jusqu’à 25 kilomètres par jour pour se rendre à son travail: Le plus formidable, c’est que je pouvais manger autant que je le voulais. Aujourd’hui, il habite plus près de l’université, mais il continue d’utiliser son vélo pour aller travailler.

Chris Waters a fait du vélo d’hiver pour la première fois à Montréal. Il pédale toute l’année depuis 10 ans. À mon avis, si je peux le faire à Montréal, je peux le faire facilement à Windsor. Le climat est plus doux et le terrain est plus plat. Chris est aussi membre d’un comité citoyen qui conseille les élus sur les besoins des cyclistes à Windsor.

Windsor

Environnement