•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat de l'opposition Félix Tshisekedi élu nouveau président de la RDC

Des gens sont devant une petite télévision posée sur une table.

À l'extérieur d'un bar de Kinshasa, des Congolais regardent la télévision en attente de l'annonce des résultats de l'élection présidentielle par la Commission électorale.

Photo : Reuters / Baz Ratner

Radio-Canada

Comme le voulait la rumeur, c'est le candidat de l'opposition Félix Tshisekedi qui a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle, par la Commission électorale (CENI), en République démocratique du Congo. Il remplacera donc le président Joseph Kabila, qui était dans l'impossibilité de solliciter un troisième mandat, après 18 ans au pouvoir.

« Ayant obtenu 7 051 013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57 %, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo, M. Tshisekedi Tshilombo Félix », a déclaré le président de la CENI, Corneille Nangaa dans la nuit de mercredi à jeudi.

Ces résultats sont en contradiction avec le décompte effectué par la Conférence épiscopale nationale du Congo, selon laquelle la victoire revient à un autre dirigeant de l'opposition, Martin Fayulu, ont cependant dit deux diplomates quelques instants après l'annonce de la CENI.

Ce résultat peut encore faire l'objet de recours devant la Cour constitutionnelle. Celle-ci dispose alors de 10 jours pour mener des auditions et juger de la validité des résultats.

En prévision de l'annonce, des policiers ont été déployés autour du siège de la CENI à Kinshasa et sur le principal boulevard de la capitale, de crainte de violences.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo à « s'abstenir » d'actes violents après la proclamation des résultats provisoires.

Des opposants ont accusé les autorités de fraude, et des rumeurs font état de négociations secrètes entre le gouvernement et Félix Tshisekedi en vue d'un partage du pouvoir.

Ces résultats provisoires de l'élection du 30 décembre étaient attendus à 23 h, heure locale.

D’abord prévue le dimanche 6 janvier, l'annonce des résultats du scrutin avait été reportée, la Commission électorale affirmant n'avoir pas reçu un nombre suffisant de procès-verbaux.

Plusieurs voix provenant de la société civile et de l'opposition avaient cependant dénoncé ce délai, qui a servi, selon eux, à négocier la victoire.

Des partisans de Tshisekedi avaient d'ailleurs déclaré mardi qu'ils avaient rencontré des représentants de Joseph Kabila en vue d'assurer un transfert pacifique du pouvoir. Les pro-Kabila ont pour leur part démenti de tels contacts.

Trois principaux candidats étaient de la course pour la succession présidentielle : le dauphin de Joseph Kabila, l'ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux têtes de l'opposition, Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.

Avec les informations de Agence France-Presse, RFI Afrique, et Reuters

Politique internationale

International