•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le discours à la nation de Trump à l'épreuve des faits

Le président Trump lors d'un discours, à travers l'une des portes vitrées du bureau ovale
Le président Trump s'est adressé à la nation américaine mardi soir. Photo: Reuters / Joshua Roberts
Associated Press

Lors de son discours à la nation, mardi soir, le président Donald Trump a notamment évoqué une très controversée crise frontalière et a fait fi de la réalité concernant la manière dont les drogues entrent aux États-Unis, en tentant de présenter le mur qu'il veut ériger le long de la frontière avec le Mexique comme une solution à divers maux.

Voici une vérification des faits.

Drogues

Donald Trump : « Notre frontière méridionale est un pipeline de vastes quantités de drogues illicites, notamment de la méthamphétamine, de l'héroïne, de la cocaïne et du fentanyl. Chaque semaine, 300 de nos citoyens sont tués par l'héroïne seule, dont 90 % arrivent par la frontière sud. »

En fait : un mur ne peut pas faire grand-chose à ce sujet lorsque le trafic de drogue est concentré aux points d'entrée terrestres, et non le long des tronçons éloignés de la frontière.

La Drug Enforcement Administration affirme que « seul un faible pourcentage » de l'héroïne saisie par les autorités américaines entre aux États-Unis entre deux points d'entrée. Il en va de même pour les drogues en général.

Dans un rapport publié en 2018, l'agence expliquait que la technique la plus courante utilisée par les organisations criminelles transnationales consiste à dissimuler des drogues dans des véhicules de tourisme ou des semi-remorques lorsqu'ils se rendent aux États-Unis via des ports d'entrée, où ils sont arrêtés et soumis à une inspection.

Ils utilisent également des autocars, des trains de marchandises et des tunnels, indique le rapport, citant d'autres méthodes de contrebande qui ne seraient pas étouffées par un mur le long de la frontière.

M. Trump a récemment nié que les trafiquants utilisent des ports d'entrée à la frontière sud, contredisant ainsi les preuves et les affirmations de ses agents de la lutte antidrogue.

M. Trump est allé encore plus loin en comparant l'argent du mur qu'il souhaite obtenir du Congrès au coût de l'ensemble du problème de la drogue aux États-Unis : « Le mur frontalier se rembourserait très rapidement. Le coût des drogues illicites dépasse 500 milliards de dollars américains par an, beaucoup plus que les 5,7 milliards que nous avons demandés au Congrès. »

La violence

Donald Trump : « Au fil des années, des milliers d'Américains ont été brutalement tués par ceux qui sont entrés illégalement dans notre pays et des milliers de vies supplémentaires seront perdues si nous n'agissons pas maintenant. »

En fait : plusieurs études ont révélé que les personnes qui se trouvent aux États-Unis illégalement sont moins susceptibles de commettre des crimes que les citoyens américains, et que les immigrants légaux le sont encore moins.

Une étude publiée en mars dans la revue Criminology affirmait que « l'immigration sans papiers n'augmente pas la violence ».

L'étude, qui porte sur les années 1990 à 2014, a noté des taux de criminalité les plus bas dans les États qui accueillent le plus grand nombre d'immigrants illégaux.

En outre, une étude menée en 2017 par Robert Adelman, un professeur de sociologie à l'Université de Buffalo, a analysé 40 années de données sur la criminalité dans 200 régions métropolitaines et révélé que les immigrants permettaient de réduire la criminalité.

La ville de New York, par exemple, compte la plus grande population d'immigrés vivant illégalement dans le pays – environ 500 000 – et l'an dernier, seulement 289 meurtres y ont été commis sur une population totale de 8,5 millions d'habitants, selon les données préliminaires.

Ces chiffres signifient que les probabilités d'être victime d'homicide à New York, une ville surpeuplée et diversifiée, étaient à peu près les mêmes que celles de l'année dernière dans le Montana.

Ruben Rumbaut, un professeur de sociologie à l'Université de Californie à Irvine, est le coauteur d'une étude récente qui révélait que les taux de criminalité ont fortement chuté de 1990 à 2015, à un moment où l'immigration clandestine connaissait une forte augmentation.

Un migrant du Honduras franchit la frontière entre le Mexique et les États-Unis.Certains migrants doivent employer les grands moyens pour tenter d'entrer de façon irrégulière aux États-Unis. Photo : Reuters / Mohammed Salem

Crise? Quelle crise?

Donald Trump : « Ce soir, je m'adresse à vous parce qu'une crise humanitaire et de sécurité se développe à la frontière sud. »

En fait : rares sont ceux qui contestent l'existence d'une crise humanitaire, puisque les demandes d'entrée des migrants et la réponse brutale de l'administration Trump à leur égard dépassent largement les ressources des autorités frontalières, engorgeant encore davantage le système et contraignant les migrants à survivre dans des conditions catastrophiques du côté mexicain de la frontière.

Deux enfants malades sont récemment morts sous la garde de l'administration après s'être rendus aux États-Unis.

Le débat est beaucoup plus vif sur l'existence d'une crise de sécurité nationale à la frontière. Qu'il ait raison ou tort, M. Trump a exagéré le problème en promouvant à maintes reprises la notion discréditée selon laquelle des milliers de personnes soupçonnées de terrorisme afflueraient aux États-Unis.

Alors que le nombre de familles arrivant à la frontière a fortement augmenté, le nombre d'arrestations à la frontière – l'indicateur principal du nombre de personnes essayant de traverser illégalement – est en réalité le quart de ce qu'il était en 2000, passant de 1,6 million à ce moment à 400 000 en 2018.

À noter : le contingent de soldats américains en service actif à la frontière a été réduit de plus de moitié, passant d'un pic d'environ 5900 à l'automne à 2350 environ la semaine dernière.

L'entente commerciale

Donald Trump : « Le mur sera également payé indirectement par le [...] nouvel accord commercial que nous avons conclu avec le Mexique. »

En fait : le Mexique ne finance pas le mur malgré les promesses de M. Trump lors de la campagne de 2016, et rien dans l'accord commercial ne couvrirait ou ne rembourserait le coût de la construction.

M. Trump pense que l'accord apportera une grande variété d'avantages économiques, mais il est impossible de les quantifier ou de compter sur eux. Par exemple, il a déclaré que cet accord dissuadera certaines sociétés américaines de délocaliser leurs activités au Mexique et il considère cette possibilité comme un paiement par le Mexique de son mur.

L'accord met à jour l'Accord de libre-échange nord-américain, en préservant principalement l'environnement libéralisé de l'ALENA, caractérisé par des droits bas ou nuls entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, tout en apportant certaines améliorations pour chaque pays.

M. Trump a déclaré de manière inexacte que c'était « tout neuf. C'est totalement différent ».

De plus, l'entente n'est pas encore en vigueur. L'accord n'a encore été ratifié dans aucun pays membre et ses chances d'obtenir l'approbation législative ne sont pas garanties.

Une barrière de sécurité entre les États-Unis et le MexiqueDes équipes de construction érigent une barrière à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Photo : Reuters / Mike Blake

Est-ce que les murs fonctionnent?

Donald Trump : « Cette barrière est absolument essentielle à la sécurité des frontières. »

En fait : les éléments de preuve ne permettent pas de déterminer si les murs sont « absolument cruciaux » ou s'ils agissent réellement pour dissuader les passages illégaux.

Le principal organe de surveillance du Congrès a rapporté en 2017 que le gouvernement ne disposait pas d'un moyen de mesurer l'efficacité des barrières pour dissuader les immigrants de franchir illégalement la frontière mexicaine.

Malgré les 2,3 milliards de dollars dépensés par le gouvernement pour ce type de construction de 2007 à 2015, le Government Accountability Office a constaté que les autorités « ne peuvent pas mesurer la contribution des clôtures aux opérations de sécurité frontalière le long de la frontière sud-ouest car elles n'ont pas développé de paramètres pour cette évaluation ».

Peu de gens nient que les clôtures ont entraîné une forte baisse du nombre de passages dans des villes comme San Diego et El Paso, au Texas, où les gens peuvent facilement s'intégrer une fois qu'ils entrent dans le pays.

Cependant, ces obstacles ont également poussé les gens vers des zones plus reculées et moins surveillées, comme en Arizona, où des milliers de migrants ont péri sous une chaleur extrême.

Au milieu des années 2000, lorsque des barrières ont été construites dans le secteur de Yuma, en Arizona, les arrestations pour passages illégaux à la frontière ont chuté de 94 % en trois ans, passant de 138 438 à 8363.

Lors de la construction des barrières à San Diego dans les années 1990 et au début des années 2000, les arrestations ont été abaissées de 80 % en sept ans, passant de 524 231 en 1995 à 100 681 en 2002.

Toutefois, les effectifs de la patrouille des frontières ont fortement augmenté au cours de cette période, ce qui empêche de déterminer exactement pourquoi les passages illégaux ont chuté de manière si importante.

Politique américaine

International