•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de GM à Oshawa de retour au travail après un second débrayage

Un véhicule au premier plan, des employés dans une usine à l'arrière.
Les employés ont perturbé les chaînes de montage de l'usine d'Oshawa. Photo: Twitter/@JerryPDias

Les employés syndiqués de General Motors à Oshawa ont perturbé les chaînes de montage mercredi matin pendant quelques heures. Mardi, le géant de l'automobile a maintenu sa décision de fermer l'usine ontarienne.

Les employés ont débrayé pour la seconde fois en 24 heures. Ils sont retournés au travail peu avant 10 h mercredi.

Mardi, une réunion entre le syndicat des employés et la direction de GM s’était soldée par le rejet des propositions faites par le syndicat, Unifor. Celui-ci avait préparé plusieurs scénarios selon lesquels il affirmait que le constructeur pouvait continuer à faire des profits à l'aide de l'usine.

GM, de son côté, a répondu aux propositions du syndicat en citant des « problèmes du marché [de l’automobile] auxquels nous devons réagir » pour justifier la fermeture de l’usine ontarienne. L'employeur s'est dit prêt à faire certaines offres d'emploi et à bonifier l'offre forfaitaire déjà comprise dans les contrats pour les employés mis à pied, mais maintient sa décision de fermer les portes de l'usine.

Tard mardi soir et à la suite des conclusions de la rencontre, les employés ont manifesté leur colère de manière spontanée en perturbant les chaînes de montage. Cette situation s’est répétée mercredi matin.

General Motors emploie environ 3000 personnes dans la région d'Oshawa.

Relations de travail

Économie