•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide à mourir : atteint d'une maladie incurable, un homme de Sainte-Ursule se prononce

Michel Favreault dans sa chaise roulante dans sa maison

Michel Favreault souhaite que les critères d'accessibilité à l'aide à mourir soient élargis.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Radio-Canada

Un homme de Sainte-Ursule suit de près la cause des deux Québécois atteints d'une maladie dégénérative incurable qui sont devant la Cour supérieure du Québec pour réclamer un élargissement des critères d'accès à l'aide médicale à mourir.

Michel Favreault, 71 ans, est atteint de myosite, une maladie musculaire rare d'origine inconnue qui est incurable.

L’homme était parti en randonnée en Patagonie et au Chili à l'été 2005, lorsque la maladie s'est manifestée pour la toute première fois. Il était à l'aube de la soixantaine.

Michel Favreault avec son sac de randonnée

Michel Favreault était un passionné de randonnée.

Photo : Courtoisie

Une dizaine d’années plus tard, Michel Fraveault se déplace en fauteuil roulant. Il ne peut plus utiliser son bras droit.

Le résultat final [de la myosite], c’est qu’on atteint la rigidité cadavérique, mais tout en restant vivant, dit-il.

Il ne sait pas où ni quand, mais il sait qu'un jour, il pourrait demander l'ultime soin de fin de vie. Sa famille le sait aussi.

Pour écouter l'entrevue de Michel Favreault à Facteur matinal, cliquez ici.

Michel Favreault dans son fauteuil roulant en entrevue avec la journaliste Marie-Ève Trudel

Michel Favreault est atteint d'une maladie musculaire rare d'origine inconnue, qui est incurable.

Photo : Radio-Canada

Michel Favreault suit donc de près la cause de Nicole Gladu et de Jean Truchon qui se sont rendus jusqu’en Cour supérieure pour demander l’élargissement des critères d'admissibilité.

Il est conscient que cela pourrait mener à des dérives et il comprend pourquoi certaines personnes ont des réticences, mais il croit que, dans plusieurs cas, l’accès à l’aide à mourir devrait être facilité.

Malgré la diminution de ses capacités physiques, Michel Favreault est loin d’avoir perdu sa lucidité et il trouve important de faire entendre sa voix dans ce débat.

L'aide médicale à mourir en Mauricie et au Centre-du-Québec pour 2016 et 2017

  • 90 demandes d’aide médicale à mourir formulées
  • 59 demandes d’aide médicale à mourir administrées
  • 14 demandes rejetées parce que le patient ne répondait pas aux critères
  • 7 usagers ayant retiré leur demande
  • 6 usagers décédés avant de recevoir l'aide médicale à mourir
  • 3 usagers devenus inaptes ou confus

Source : CIUSSS MCQ

Avec des informations de Marie-Ève Trudel

Mauricie et Centre du Québec

Santé