•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire Émile Loranger se présente au conseil municipal avec confiance

Le maire de L'Ancienne-Lorrette, Émile Loranger
Le maire de L'Ancienne-Lorrette, Émile Loranger Photo: Radio-Canada

Alors que le maire Émile Loranger s'est présenté avec confiance mardi à la première séance de 2019 du conseil municipal de L'Ancienne-Lorette, plusieurs élus attendent que la Commission municipale du Québec (CMQ) fasse la lumière sur son comportement.

Les élus se sont réunis dans le cadre d'une séance extraordinaire pour adopter les nouveaux taux de taxation pour la municipalité en 2019. Tel qu’annoncé en décembre, les propriétaires d’immeubles de 6 logements et plus devront faire face à une augmentation de 6,6 %.

Même si la séance n’a duré qu’une quinzaine de minutes, Émile Loranger, qui a fait l'objet d’une plainte pour harcèlement psychologique l’an dernier, s’est présenté avec assurance.

Le litige, réglé hors cour, a coûté 300 000 $ aux contribuables, en plus d’isoler le maire.

« Il n’y a pas de problème, je n’ai aucun problème. Est-ce que j’ai l’air malheureux moi? Est-ce que les conseillers ont l’air malheureux? Non », a-t-il lancé

Toutefois, les quatre membres de son équipe qui ont claqué la porte pour siéger comme indépendant n’ont jamais réintégré l’équipe du maire.

Une enquête de la CMQ

Des conseillers ont aussi demandé une enquête à la Commission municipale du Québec (CMQ) pour faire la lumière sur le comportement du maire.

Un procureur a été nommé au dossier et des informations sont présentement amassées. Certains élus souhaitent que le maire rende des comptes.

« Moi, je n’ai rien à cacher. S’il y a des réponses que je peux vous donner, il n’y a aucun problème, je vais être là pour ça », a fait savoir le conseiller municipal indépendant Gaétan Pageau, qui promet de faire preuve de transparence.

D’un autre côté, la conseillère municipale indépendante Sylvie Falardeau espère que la ville pourra être administrée comme il se doit.

« Il reste trois ans quand même, faut qu’on reparte du bon bord, faut pas toujours être dans un contexte de chicane. »

La prochaine séance du conseil municipal aura lieu le 29 janvier prochain.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Québec

Politique municipale