•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’unité de soins palliatifs de l’hôpital de Campbellton est temporairement fermée

Une chambre d'hôpital vide.

L'unité de soins palliatifs de l'hôpital de Campbellton est vide jusqu'au 15 janvier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pénurie d'infirmières frappe un autre hôpital au Nouveau-Brunswick : l'unité de soins palliatifs de l'Hôpital régional de Campbellton est fermée jusqu'au 15 janvier.

Les ressources en soins infirmiers continuent de donner des maux de tête aux dirigeants du réseau de santé Vitalité.

Après l'unité d'obstétrique de l'Hôpital régional de Bathurst, fermée depuis plus de deux mois, c'est maintenant au tour de l'unité de soins palliatifs de Campbellton d'être frappée par une pénurie de personnel soignant.

Le contexte est toutefois différent de l’hôpital de Bathurst, où l’interruption du service est causée par des congés maladie de longue durée, insiste Johanne Roy, vice-présidente aux services cliniques du réseau de santé Vitalité.

C'est vraiment des absences qui sont ponctuelles pour soit des congés ou des maladies qui sont de courte durée. On s'attend à une reprise la semaine prochaine sans difficulté.

Johanne Roy en entrevue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La fermeture temporaire des soins palliatifs de l'hôpital de Campbellton est due à des absence de courte durée, assure Johanne Roy, vice-présidente aux services cliniques du réseau de santé Vitalité.

Photo : Radio-Canada

Les patients de cette petite unité de sept lits ont été transférés dans d'autres unités de l'hôpital où ils obtiendront la même qualité de soins, ajoute Johanne Roy.

Une situation temporaire, mais inquiétante

On essaie avec les moyens qu'on a de continuer à offrir le meilleur service possible. Mais, c'est certain que pour la population ça peut être inquiétant, admet-elle.

Un sentiment d'inquiétude partagé par le président de la Commission des services régionaux du Restigouche, Denis Savoie, dont la famille a déjà utilisé ce service, qu’il qualifie de très important.

C’est ce qui différencie la communauté canadienne par rapport à d'autres juridictions, ce sont les soins de santé accessibles et gratuits à la population en général, dit-il. On voit que ça devient de moins en moins évident sur le côté de l'accessibilité.

Denis Savoie, président de la Commission des services régionaux du Restigouche
L'hôpital régional de Campbellton vu de l'extérieur. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les patients de l'unité de soins palliatifs ont été transférés dans d'autres ailes de l'hôpital de Campbellton.

Photo : Radio-Canada

Comme les autres dirigeants municipaux siégeant au sein de la Commission, Denis Savoie reste à l'affût de ce qui se passe dans le plus important hôpital de la région. Dans le passé, des maires ont affirmé craindre que des services de santé y soient éventuellement amputés.

Même si ce n’est pas spécifiquement dans notre mandat, [on] est en constante communication avec les gens de Vitalité parce que, évidemment, les soins de santé nous préoccupent.

L'unité de soins palliatifs devrait rouvrir le 15 janvier.

D’après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !