•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme accusé pour avoir tenu des propos obscènes envers une journaliste

Une femme regarde la caméra avec un micro dans les mains.

La journaliste de Kelowna Alanna Kelly était devant la caméra en août 2018 quand un homme a crié des propos sexuellement explicites à son endroit.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Des accusations ont été déposées contre un homme qui a crié des propos à caractère sexuel envers une journaliste de Kelowna, en Colombie-Britannique. L'affaire s'est produite l'été dernier, pendant que la journaliste était devant la caméra.

AVERTISSEMENT : certains mots dans ce texte pourrait choquer. Nous préférons vous en avertir.

Alanna Kelly faisait son travail lorsque Bo Poirier a lancé la phrase obscène et explicitement sexuelle « Fuck her right in the pussy » (traduction libre : baise-la dans la chatte). L’homme est accusé d’avoir troublé la paix.

La reporter de Castanet raconte qu’elle s’est sentie choquée et humiliée, ce qui l’a poussé à porter plainte à la police.

« Je savais que c’était mal, que ce n’était pas correct, explique Alanna Kelly. Si cela arrivait à une collègue journaliste ou à n’importe qui d’autre devant mes yeux, je crois que j’interviendrais. »

Le harcèlement sexuel ne devrait jamais être considéré comme une blague.

Alanna Kelly, journaliste

Le caporal Dan Moskaluk de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) croit qu’Alanna Kelly a bien fait de porter plainte. « C’est tellement immature, croit-il. C’est incroyable qu’un homme puisse poser un tel geste et trouver ça drôle. »

Dan Moskaluk espère que les accusations déposées dans cette affaire enverront le message que les incidents de ce genre sont pris au sérieux en Colombie-Britannique.

Un mandat d’arrestation a été émis à l’endroit de Bo Poirier. Les policiers sont toujours à sa recherche.

Colombie-Britannique et Yukon

Harcèlement