•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspé s’inquiète de la fermeture de commerces

Gaspé s’inquiète de la fermeture de commerces
Radio-Canada

À Gaspé, la fermeture récente d'une boutique de vêtements après plus de 45 ans en affaires soulève des questions sur la pérennité du commerce de détail.

Ann Cléments, propriétaire du Kon-Joint, fermera le mois prochain les portes d’un des plus vieux commerces de vêtements pour dames de Gaspé. Elle a bien tenté de vendre, mais sans résultat.

Les affaires vont bien, dit-elle, sa clientèle est fidèle, mais il n'y a pas de relève assez solide financièrement pour acheter la boutique. J'ai essayé même de transférer mon équipement, raconte Mme Cléments; les jeunes qui veulent partir en affaires, c'est plus difficile. C'est plus difficile d'emprunter. La vente au détail il n'y a pas beaucoup d'organismes gouvernementaux et paragouvernementaux qui aident.

La propriétaire de la boutique Kon-Joint, Ann ClementsLa propriétaire de la boutique Kon-Joint, Ann Clements Photo : Radio-Canada

Le professeur des HEC Montréal Jacques Nantel estime que le financement d'un détaillant par un organisme gouvernemental n'est pas souhaitable.

Toutefois, croit-il, il faudra à terme trouver une façon de cautionner ceux qui veulent racheter un commerce de détail. Lorsque des détaillants veulent se retirer du marché, ils se rendent compte que leur fonds de pension, ce sont les inventaires, et les inventaires, c'est une chose que les institutions financières, en particulier les banques, sont réticentes à financer ou endosser.

Pour le maire de Gaspé, Daniel Côté, le commerce de détail est effectivement le parent pauvre des programmes d'aide financière, ce qui a un impact certain en région, notamment dans les petites municipalités. On se retrouve, dit-il, avec un véritable problème à la fin. On a moins de services pour notre population et, dans ce cas-là, c'est une ou des entreprises de moins, donc moins de revenus fiscaux pour les municipalités. Ça peut finir par ressembler à de la dévitalisation.

La vitrine de la boutique avec une affiche « Vente de fermeture ».Il y a de moins en moins de boutiques sur la rue de la Reine. Photo : Radio-Canada

Le maire Daniel Côté craint que d'autres commerces ferment leurs portes, faute de soutien pour la relève. Le maire rappelle que l’économie de sa ville se porte pourtant très bien et que le marché est là.

D'après les informations de Bruno Lelièvre

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Commerce