•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelle solution pour relocaliser l'Avant-première?

Un écran d'ordinateur et une console figurent en avant-plan. Derrière, on aperçoit une petite scène éclairée et quelques chaises rangées le long d'un mur, à gauche.
Dès avril, les locaux que L'Avant-première pouvait mettre à la disposition de ses artistes membres ne leur seront plus accessibles. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'incertitude plane au sein de la communauté artistique de Gatineau. Depuis l'annonce de la relocalisation du Centre artistique l'Avant-première, il y a deux ans, des membres s'inquiètent de se retrouver dans des espaces moins adaptés. Or, la date-butoir du 1er avril approche à grands pas. Où seront-ils relocalisés et surtout, dans quel type d'endroits devront-ils désormais évoluer?

Un texte de Jean-François Chevrier

L’administration et les artistes membres du centre de production en arts de la scène devront plier bagage et quitter les locaux situés au Conservatoire de musique de Gatineau dès le 1er avril. L’institution gouvernementale est en pleine expansion et souhaite désormais utiliser ses espaces à des fins éducatives, notamment pour les programmes d’études supérieures.

L’Avant-première soutient des artistes professionnels ou en voie de professionnalisation depuis 1987 en leur proposant un endroit propice à la création et aux répétitions. Avec son projet 3e oeil, de jeunes artistes ont aussi l’occasion de créer, puis de présenter des oeuvres sur une scène professionnelle. Or, la situation devient urgente, et plusieurs craignent que ce départ laisse un vide important pour les artistes qui évoluent en arts de la scène.

Une femme installée devant une scène est en entrevue et parle devant un micro de Radio-Canada.Claire Duguay, directrice générale de L’Avant-première Photo : Radio-Canada

Selon la directrice générale de l’organisme, Claire Duguay, les besoins sont grands. Le nombre de membres a doublé depuis quatre ans. La clientèle est très variée. Il y a des gens qui viennent répéter chaque semaine alors que d’autres louent un espace pendant une période prédéfinie, soutient-elle.

Des artistes inquiets

Plusieurs membres sont préoccupés par l’incertitude entourant l’avenir de l’Avant-première.

Pour la percussionniste Catherine Veilleux, le lieu de création est devenu en 17 ans un outil indispensable à sa réussite professionnelle. Grâce à la disposition et à l'acoustique du studio de L’Avant-première, elle peut regrouper sa clientèle pour donner ses cours.

Une femme vêtue de mauve devant une échelle sur fond noir.Catherine Veilleux, artiste percussionniste Photo : Radio-Canada

Je compte aujourd’hui environ 1000 heures de location par an!

Catherine Veilleux, artiste percussionniste

Dans le contexte d’un déménagement, elle craint devoir réévaluer l’ensemble de son projet. Elle se croise les doigts et espère des solutions rapides.

Le directeur de production et agent de développement de L’Artishow, Tristan Paquin Donoghue, s’inquiète lui aussi pour la suite des choses. En plus des cours de théâtre musical, l’organisme monte annuellement des productions jeunesse et des camps d’été. À son avis, c’est toute la communauté qui est touchée.

Un jeune homme habillé d'une chandail à capuchon sourit devant un fond sombre, une scène.Tristan Paquin-Donoghue, directeur de production et agent de développement de l'Artishow Photo : Radio-Canada

On ne parle pas d’un centre communautaire ou d’un gymnase, on parle d’un lieu spécialisé avec éclairage et son. Ça permet aux enfants et aux familles de participer à la vie culturelle.

Tristant Paquin Donoghue, directeur de production de L'Artishow

M. Paquin Donoghue croit que la communauté artistique vit actuellement une crise puisque les organismes touchés doivent éteindre des feux plutôt que faire rayonner la région par la culture.

Une rencontre, deux projets

L’administration de L’Avant-première fera le point, jeudi soir, lors d’une rencontre d’information destinée aux membres et au grand public. Sans confirmer d’endroits précis, on souhaite rassurer les membres en présentant des pistes de solutions à court terme.

La rencontre sera aussi une occasion pour Claire Duguay d’échanger sur un nouveau projet : la création d’un centre des arts de la scène en Outaouais.

La directrice générale rêve de doter la Ville de Gatineau d’un espace pouvant regrouper les créateurs des arts de la scène. Selon elle, les artistes de la région sont peu soutenus, et un projet d’immobilisation muni d’installations supérieures serait bénéfique pour l’avenir de la création artistique régionale.

On veut se doter de conditions propices à la création. La rencontre de jeudi servira à mobiliser le milieu.

Claire Duguay, directrice générale de L'Avant-première

En plus de mobiliser la communauté autour de l’importance d’un organisme oeuvrant à l’émergence des artistes d’ici, Claire Duguay souhaite augmenter le financement. L’Avant-première compte déposer une demande au Conseil des arts et des lettres du Québec à la fin du mois dans l’espoir de renflouer ses coffres. Cette demande sera réalisée conjointement avec le projet de résidences en arts de la scène de la Ville de Gatineau.

Ottawa-Gatineau

Arts de la scène