•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plus grande ferme d'élevage de grillons au pays

On voit un vaste bâtiment de ferme de couleur grise, au loin. Au premier plan, un champ en culture.
L’une des trois fermes d’Entomo Farms, située dans un ancien poulailler. Photo: Radio-Canada
Aubert Tremblay

Dans une campagne discrète du sud de l'Ontario se cache ce qui est probablement le plus gros élevage d'insectes destinés à l'alimentation humaine en Amérique du Nord.

Les bâtiments n’ont rien de particulier : trois anciens poulaillers au bord de petites routes du comté de Peterborough, près de Norwood. Mais ils abritent presque 100 millions de grillons, confortablement installés dans des condos de cartons (de simples séparateurs à bouteilles).

La plupart seront transformés en farine et vendus à des fabricants de produits divers, comme des barres énergétiques.

On voit des centaines de grillons de la ferme d'élevage posés sur de grands cartons rectangulaires gris, formant de de longues rangées.Les grillons aiment se cacher de la lumière. Les séparateurs à bouteille permettent d’en élever beaucoup plus sur une même surface. Photo : Radio-Canada

La ferme, Entomo Farm, a été fondée en 2014 par trois frères : Daren, Jarrod et Ryan Goldin. Darin élevait déjà des grillons pour les reptiles quand Jarrod a vu une occasion d’expansion dans l’alimentation humaine. C’est un rapport de la FAO sur l’alimentation de demain (Nouvelle fenêtre) qui l’a mis sur cette voie.

On voit M. Goldin parler à la caméra. Derrière lui, les séparateurs sur lesquels sont élevés les grillons dans la ferme.Daren Goldin, le responsable de l’élevage, a dû apprendre par essais et erreurs. Photo : Radio-Canada

Les insectes sont en effet des champions de la conversion alimentaire. Pour faire une même quantité de protéines, ils ont besoin de douze fois moins d’aliments que les boeufs, par exemple. Et ils boivent très peu.

On voit en gros plan les grillon posés sur un bac, où est étalée la nourriture.Les grillons mangent une moulée semblable à celle donnée aux poulets. Photo : Radio-Canada

Autre avantage non négligeable : ils dégagent peu d’odeur et génèrent très peu de résidus. Bref, ils peuvent être élevés pratiquement n’importe où, à peu de frais et avec un impact minime sur l’environnement.

Il leur faut simplement de la chaleur (32 degrés Celsius dans le cas de l’espèce élevée par les frères Goldin), de l'obscurité, de l’humidité et une moulée semblable à celle qu’on donne aux poulets.

On voit en gros plan des grillons disposés sur une surface de couleur brune.Des femelles en train de pondre Photo : Radio-Canada

Un marché en croissance

L’entreprise a l’appui de certains gros joueurs de l’industrie alimentaire. Maple Leaf, par exemple, qui est devenu en 2018 un de ses actionnaires, ou Loblaws, qui commercialise ses produits.

Leur plus gros marché, pour l’instant, est au Québec. Au moins trois firmes de Montréal fabriquent des produits à base de farine de grillons.

La farine de grillon pourrait aussi être utilisée en alimentation animale, par exemple dans les élevages de crevettes ou de poisson.

On voit tourner une machine qui transforme les grillons en farine.Les grillons sont principalement transformés en farine. Photo : Radio-Canada

En plus de retrouver la farine de grillon sur les tablettes des supermarchés, des services publics comme des CPE ou encore des restaurants ont commencé à en intégrer dans leurs menus.

Les grillons et autres insectes sont des éléments importants de l’alimentation dans de nombreux pays, notamment en Afrique, en Asie et dans les Amériques. Plus de 2 milliards d’humains consomment régulièrement des insectes.

Le reportage d'Aubert Tremblay a été diffusé à l'émission La semaine verte, à ICI Radio-Canada Télé.

Agriculture

Environnement