•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du vin mis en canette au Québec

Une coupe de vin qui prend la forme d'une canette, dans laquelle se trouve du vin blanc pétillant.

L'entreprise Vins Triani commercialisera du vin en canette d'aluminium

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Alexandre Duval

Une entreprise québécoise se lance dans la commercialisation de vin en canette d'aluminium. Si la proposition risque de choquer certains puristes, la dirigeante de Vins Triani est convaincue qu'il existe un marché pour son produit, dont le lancement aura lieu au printemps.

« En poussant nos recherches, on a constaté que la technologie nous permettait aujourd’hui de livrer un produit de qualité qui va conserver tous ses arômes dans la canette », explique Joannie Couture, directrice générale de Vins Triani.

Son vin blanc effervescent, un moscato australien alcoolisé à 6,5 %, sera importé en vrac avant d’être conditionné et mis en canettes de 250 ml à Terrebonne.

Il sera ensuite distribué dans les épiceries et dépanneurs de la province. « Ce n’est pas nécessairement un produit qui va s’adresser à un amateur de grands Bordeaux », prévient-elle.

On vise plus une clientèle de la génération Y, qui est soucieuse de l’environnement, qui apprécie le côté pratique et ludique du produit.

Joannie Couture, directrice générale de Vins Triani

L’idée du vin en canette d’aluminium n’est pas nouvelle. On en retrouve aux États-Unis, au Canada anglais et même en France, où l’arrivée de ce produit en 2013 avait fait quelques vagues dans les médias.

La future canette de vin commercialisée par Vins Triani au QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La future canette de vin commercialisée par Vins Triani au Québec

Photo : AFP / Vins Triani

Au Québec, la SAQ distribue seulement quatre vins en canette de 250 ml qui sont produits aux États-Unis et en Australie. Étiquetés à 4,50 $ ou moins l’unité, ces vins ne semblent pas encore avoir trouvé leur niche.

En 2017-2018, les ventes totales de canettes de vin pour tout le Québec dépassaient à peine 187 000 $. Mme Couture n’en fait pas grand cas.

« Les dépanneurs et les épiceries aux Québec sont très nombreux donc on pense que ça va rendre le produit beaucoup plus accessible », affirme-t-elle.

Au Québec, c’est un infime marché pour l’instant, mais c’était la même chose aux États-Unis en 2012 et c’est passé d’un marché de 2 millions de ventes à 28 millions aujourd’hui.

Joannie Couture, directrice générale de Vins Triani

Un produit « jeune »?

Bernard Korai, professeur à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval, croit que les millénariaux pourraient en effet être séduits par le côté « pratique » du vin en canette.

« On essaie de démocratiser le vin avec cette clientèle-là […] Pour un pique-nique, c’est plus commode que d’acheter une bouteille à 14 $ par exemple. Je peux avoir une canette à 3,25 $ », illustre-t-il.

Une enquête internationale réalisée en 2018 par Wine Trade Monitor prédit d’ailleurs que les formats alternatifs de mise en marché du vin, dont la canette, gagneront en popularité en Amérique du Nord.

L’autre aspect susceptible d’attirer les jeunes est environnemental, selon M. Korai. « L’aluminium se recycle mieux que le verre », soutient-il. Cela ne signifie pas pour autant que les jeunes l’adopteront à coup sûr.

L’élément de peur que les gens affichent, c’est est-ce que le vin qu’on va mettre en canette d’aluminium va avoir le même goût?

Bernard Korai, professeur à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation de l'Université Laval

La directrice générale de Vins Triani précise que l’aluminium utilisé pour ses canettes ne sera pas le même que pour les boissons gazeuses. « Il y a vraiment un composé dans l’aluminium qui préserve le vin », assure Mme Couture.

Attention aux quantités

Gale West, professeure retraitée en sciences de la consommation à l’Université Laval, est également d’avis que la qualité du produit sera déterminante à long terme.

Néanmoins, les femmes pourraient être initialement séduites par ce produit, selon elle, parce qu’elles sont globalement plus attirées par le vin blanc que les hommes.

« J’imagine facilement les soirées où les hommes sont en train de boire leur bière et les femmes en train de boire leur canette de vin. »

Mme West fait toutefois une mise en garde : comme le vin est généralement plus fort en alcool que la bière, la modération est de mise avec des canettes de 250 ml.

Une canette, en étant métallique, mince et légère […] peut faire en sorte qu’on en boit plus. Quand c’est dans un verre plus lourd, on a tendance à en boire moins.

Gale West, professeure retraitée en sciences de la consommation à l'Université Laval

Le produit de Vins Triani n’aura toutefois que 6,5 % d’alcool, précise Mme Couture. « Le moscato, c’est un vin par définition qui est léger, pétillant, qui est à un degré d’alcool moindre, qui est sur le fruit. »

Déjà, Vins Triani songe à commercialiser un autre vin blanc ainsi qu’un vin rosé en canette qui auront des degrés d’alcool qui tournent plus autour de 11 % ou 12 %.

Recyc-Québec indique que les canettes qui contiennent du vin ne peuvent pas faire partie du système de consigne, qui se limite actuellement à la bière et aux boissons gazeuses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie