•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard à l'aube d'une année électorale... et référendaire

Une boîte de scrutin d'Élections Île-du-Prince-Édouard.
Une boîte de scrutin d'Élections Île-du-Prince-Édouard. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
François Pierre Dufault

L'Île-du-Prince-Édouard est à l'aube d'une année électorale... et référendaire. Le gouvernement provincial va demander aux électeurs, une fois de plus, s'ils souhaitent adopter un nouveau mode de scrutin ou s'ils veulent garder le système actuel.

Un référendum sur la réforme du mode de scrutin doit avoir lieu en même temps que les prochaines élections provinciales, qui sont prévues d'ici la fin de l'année.

La Colombie-Britannique a récemment tenu un référendum sur le même sujet et c'est le statu quo qui l'a emporté, alors que 61 % des électeurs ont voté en faveur du système uninominal majoritaire à un tour et 39 % ont voté en faveur d'un mode de scrutin proportionnel.

Est-ce que ce résultat va avoir une incidence sur l'issue du référendum à l'île ? Ça dépend à qui vous posez la question.

Nous sommes certainement très heureux [du résultat du référendum en Colombie-Britannique], affirme Gary Morgan, qui milite pour le maintien du système uninominal majoritaire à un tour à l'Île-du-Prince-Édouard. [Les électeurs britanno-colombiens] ont clairement dit que c'est un bon système et qu'ils veulent le garder.

Je ne pense pas que les événements politiques en Colombie-Britannique auront vraiment une incidence sur le choix que les habitants de l'Île-du-Prince-Édouard vont faire ici, réplique Mark Greenan, qui milite pour un mode de scrutin proportionnel mixte.

À l'Île-du-Prince-Édouard comme en Colombie-Britannique, c'est la troisième fois qu'on demande aux électeurs de se prononcer sur une réforme du mode de scrutin. Dans la province insulaire, 64 % des électeurs ont voté en faveur du statu quo en 2005, mais une courte majorité a voté pour le changement en 2016.

Jugeant le taux de participation trop faible lors du plus récent plébiscite, le premier ministre Wade MacLauchlan a décidé de soumettre une fois de plus la question aux insulaires.

Gary Morgan croyait que le faible taux de participation en 2016 signalait tout simplement que les électeurs n'étaient pas intéressés par la réforme du mode de scrutin. Mark Greenan fait valoir, au contraire, que lors de notre deuxième consultation sur la réforme du mode de scrutin, l'appui à la représentation proportionnelle a augmenté considérablement par rapport au premier vote.

Les partisans et les opposants à la représentation proportionnelle à l'Île-du-Prince-Édouard s'entendent toutefois sur un point : le référendum de 2019 devrait mettre fin au débat une fois pour toutes.

Le taux de participation devrait être convaincant puisque la consultation doit avoir lieu en marge des élections provinciales et que le taux de participation lors de ces élections dans la province insulaire est généralement supérieur à 80 %.

Et contrairement au plébiscite de 2016 lors duquel les électeurs devaient classer cinq options de modes de scrutin par ordre de préférence, la question référendaire sera claire : l'Île-du-Prince-Édouard devrait-elle changer son système électoral pour un système proportionnel mixte ?

Avec des informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale