•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens veulent préserver une forêt unique de Lotbinière

La forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière

La forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière

Photo : Courtoisie Jean-Pierre Ducruc

Jean-François Nadeau

À quoi pouvaient ressembler les plaines le long du fleuve Saint-Laurent avant l'industrialisation? La réponse se trouve en partie au cœur de la forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière, dans Chaudière-Appalaches. Une forêt riche en histoire que des citoyens tentent de préserver.

La forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière s’étend sur les territoires des municipalités de Leclercville, de Saint-Édouard-de-Lotbinière, de Val-Alain et de Joly.

Il s'agit de la terre forestière publique la plus importante, en superficie, des basses terres du Saint-Laurent.

La forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière

Photo : Courtoisie Jean-Pierre Ducruc

Elle couvre un peu plus de 160 kilomètres carrés, ce qui représente 10 % de la superficie de la MRC de Lotbinière. Malgré l'exploitation forestière, plusieurs kilomètres de boisé demeurent intouchés.

La forêt de la Seigneurie Joly de Lotbinière compte d'ailleurs plusieurs arbres plus que centenaires.

« Si on va chercher quelques vieux merisiers, bouleaux jaunes et même des cèdres, principalement des pruches, je ne serais pas surpris qu’on ait des arbres qui ont 250 ans  et plus », a expliqué le président de l’organisme Les Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière, Jean-Pierre Ducruc, sur les ondes de l'émission Première heure animée par Claude Bernatchez.

Créer un parc régional

Le regroupement milite pour la création d'un parc régional.

« Ce territoire-là est devenu quasiment inconnu de la population. Les gens qui connaissent son existence pensent qu’on n’y a pas accès. Les seules retombées, à l’heure actuelle, sont liées à l’exploitation forestière, à la chasse et à l'acériculture », mentionne Jean-Pierre Ducruc.

L'objectif du regroupement est double : ouvrir la forêt à la communauté par le biais d'activités récréotouristiques, mais aussi de préserver certains de ces lieux de l'exploitation.

« Plusieurs de ces peuplements forestiers sont des vestiges des peuplements qui couvraient les basses terres du Saint-Laurent [au début de la colonie] et que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Ici, ils sont en forte concentration, explique Jean-Pierre Ducruc. Ça prend un minimum d’infrastructures qui n’existent pas à l’heure actuelle. »

Le conseil des maires de la MRC de Lotbinière est en faveur de la création d'un parc régional, selon Les Amis de la Forêt seigneuriale Joly de Lotbinière.

Un comité regroupant les principaux usagers de la forêt a été formé pour analyser la question. Les citoyens souhaitent que le parc soit créé d'ici cinq ans.

Environnement