•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gilbert Rozon se présente à un poste de la police de Montréal

Gilbert Rozon se fait discret

Gilbert Rozon sort du Centre opérationnel Est du SPVM pour prise d’empreintes digitales, photos et signature d’une promesse de comparaître.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Gilbert Rozon s'est présenté mardi au Centre opérationnel Est du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), boulevard Langelier, dans l'est de Montréal, près d'un mois après que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a retenu contre lui une accusation de viol et d'attentat à la pudeur sur une femme en 1979 à Saint-Sauveur-des-Monts, dans les Laurentides.

L'identité de la femme n'a pas été dévoilée.

M. Rozon est arrivé vers 9 h 15 au Centre opérationnel, probablement pour se livrer à la prise d'empreintes digitales. Il n'a émis aucun commentaire à son arrivée face à un groupe de journalistes, ni lorsqu'il est sorti de l'édifice, peu avant 10 h 00.

Gilbert Rozon devra se présenter en cour le 22 janvier prochain, au palais de justice de Montréal.

Le DPCP avait reçu 14 demandes d'intenter des procédures criminelles de la part de la police de Montréal. Pour expliquer que les plaintes d'une seule personne aient été reçues, le DPCP avait indiqué qu'en droit criminel, le fardeau de la preuve que doit satisfaire la poursuite est très exigeant.

En raison du principe de la présomption d'innocence, la poursuite doit en effet faire une démonstration hors de tout doute raisonnable de la culpabilité de l'accusé devant le tribunal, a-t-il expliqué.

Gilbert Rozon a démissionné de ses fonctions de président du Groupe Juste pour Rire, qu'il avait fondé, et de commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Ci-dessous : Isabelle Richer s'est entretenue avec l'avocat criminaliste Patrick Davis sur le processus de prise d'empreintes lors d'accusations criminelles.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Patrick Davis en studio

La prise des empreintes lors d'accusations criminelles, expliquée par le criminaliste Patrick Davis

Photo : Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.