•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Mi-saison des Oilers : Connor McDavid est un bon joueur de hockey

McDavid passe un bras au visage de Drew Doughty des Kings afin de se libérer de lui.

Sans la présence de Connor McDavid, les Oilers ne seraient plus dans la course aux séries éliminatoires.

Photo : usa today sports / USA Today Sports

Patrick Henri

Les Oilers ont entamé, dimanche à Anaheim, la deuxième moitié de leur calendrier. Malgré un début de saison décevant, l'équipe est encore dans la course pour une place en séries éliminatoires. Pour ça, il faut dire merci à Connor McDavid.

Personne n’a besoin d’installer de micro ou de caméra dans le vestiaire d’une équipe qui se prépare à affronter les Oilers. C’est facile d’imaginer le discours de l’entraîneur.

Tout ce que vous devez faire, c’est surveiller Connor McDavid.

Les 30 autres entraîneurs de la LNH

Les meilleurs effectifs de chacune des 30 autres équipes de la LNH sont affectés à la tâche, soir après soir, et n’ont qu’un seul trio à surveiller.

Même si toute l’énergie des autres équipes est mise sur lui, le capitaine des Oilers réussi à s’illustrer, soir après soir.

On le retrouve au cinquième rang des marqueurs de la LNH avec 62 points. Les Oilers ont inscrit un total de 118 buts depuis le début de la saison, McDavid a participé à 52,5 % d’entre eux.

Parce qu’il porte l’équipe à bout de bras, McDavid est le seul joueur de la formation à obtenir un A+ pour la première moitié de saison. Il est un excellent joueur, mais ça, on le savait déjà.

Voici le bulletin de mi-saison

DIRECTION

Peter Chiarelli : D

Chiarelli gesticule en s'adressant aux médias.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général des Oilers, Peter Chiarelli, n'a pas réussi à aider son équipe en effectuant des échanges.

Photo : La Presse canadienne / CODIE MCLACHLAN

Après avoir vu l’équipe rater les séries l’an passé, le directeur général a choisi de se faire discret durant la saison morte et de n’effectuer aucun échange. Il s’est contenté d’offrir des contrats à des joueurs autonomes. Il a fait quelques bons coups (Alex Chiasson 650 000 $, Kyle Brodziak 1 150 000 $ et Mikko Koskinen, 2 500 000 $) plusieurs moins bons (Tobias Rieder 2 000 000 $, Kevin Gravel 700 000 $, Ryan Strome 3 100 000 $, Jakub Jerabek 1 000 000 $, et Jason Garrison 650 000 $)

Une fois la saison amorcée, il a tenté de redresser la situation de l’équipe en effectuant quatre échanges et en réclamant un joueur au ballottage.

Les joueurs qui ont quitté l’équipe : Ryan Strome, Drake Caggiula, Jason Garrison et un choix de sixième tour.

Ceux qui se sont joints à l’équipe : Ryan Spooner, Alex Petrovic, Robin Norell et Brandon Manning.

Chris Wideman, acquis des Sénateurs et échangé aux Panthers, ainsi que Valentin Zykov, réclamé au ballottage, puis soumis au ballottage, ont disputé cinq matchs chacun.

Aucun des joueurs acquis n’a eu un impact sur l’équipe jusqu’à maintenant. Le vétéran défenseur Alex Petrovic peut être qualifié de seule bonne acquisition, en raison des nombreuses minutes qu’il peut passer sur la patinoire durant l’absence d’autres défenseurs.

Pour gagner un peu de temps, Chiarelli a congédié l’entraîneur-chef Todd McLellan et l’a remplacé par Ken Hitchcock, un changement qui a eu un impact positif sur l’équipe à court terme.

Ken Hitchcock : B-

L’arrivée de Hitchcock a semblé fouetter les Oilers. Après 11 matchs avec un nouveau patron derrière le banc, l’équipe a présenté un dossier de 8-2-1. Au cours des 11 parties suivantes, les Oilers n’ont gagné que trois rencontres (3-7-1).

Comme c’était le cas pour McLellan, le succès de Ken Hitchcock est en lien direct avec les performances de Connor McDavid

GARDIENS DE BUT

Mikko Koskinen : B

Koskinen s'apprête à remettre son masque après un arrêt de jeu. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gardien Mikko Koskinen a connu plus de succès que Cam Talbot lors de la première moitié de saison des Oilers.

Photo : USA Today Sport

Ce qui semblait être une grave erreur de Peter Chiarelli au moment de sa signature (2,5 M pour une seule saison) s’est avéré être un coup de génie. Même s’il n’a remporté qu’un seul de ses six derniers départs, Koskinen occupe le 12e rang pour la moyenne et le 14e pour le pourcentage d’efficacité, parmi les gardiens de la LNH qui ont disputé au moins 20 rencontres.

Cam Talbot : D

Celui qui sera joueur autonome sans compensation à la fin de la saison n’est plus celui qu’il était il y a deux saisons. Il a amorcé la deuxième moitié de saison avec une performance exceptionnelle à Anaheim dimanche, peut-être profitera-t-il des difficultés récentes de Koskinen pour retrouver son titre de gardien numéro un de l’équipe.

DÉFENSEURS

Oscar Klefbom : B-

Quand Klefbom joue, la fiche des Oilers est de 17-12-2. Sans lui l’équipe présente un dossier de 3-7-1. Il n’a marqué que trois buts, mais avec 15 points en 31 matchs, il était en voie de connaître sa meilleure saison en carrière. Il avait amassé 38 points en 2016-2017.

Kris Russell : B-

Son absence lors de 10 matchs consécutifs a permis à ses détracteurs de constater son importance en défense au sein de l’équipe. Malgré cette absence, on le retrouve au sixième rang de la LNH avec 89 tirs bloqués. Grâce à une fiche d’un but et sept aides, il occupe le 11e rang des marqueurs de l’équipe. Pas mal pour un défenseur qui n’a jamais été reconnu pour ses qualités offensives.

Darnell Nurse : C+

Darnell Nurse des Oilers met en échec Andrew Shaw du Canadien. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le temps de jeu de Darnell Nurse a augmenté de plus de cinq minutes par match après les blessures d'Oscar Klefbom et de Kris Russell.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Avant les blessures d’Oscar Klefbom et de Kris Russell le 11 décembre, il jouait en moyenne 21:48 par rencontre. En 30 matchs, il avait inscrit trois buts et six aides. Au cours des 12 derniers matchs, il a été utilisé en moyenne 26:52 par rencontre. Il a inscrit deux buts et ajouté huit aides. Il n’est pas un défenseur numéro un, mais on lui demande de jouer ce rôle. Sa fiche de -10 est la pire parmi les défenseurs de l’équipe.

Adam Larsson : C

Le manque de rapidité de Larsson n’a jamais été aussi apparent que cette saison.

Matt Benning : D

À sa troisième saison dans la LNH, muni d’un nouveau contrat qui lui rapporte 1,9 M par saison, Benning devrait jouer un rôle positif au sein de la défense des Oilers. La plupart du temps, son rôle est négligeable.

Kevin Gravel : D

Défenseur qui devait passer la saison dans la Ligue américaine, il profite des nombreuses blessures pour récolter un salaire de joueur de la LNH.

Les autres :

Caleb Jones : B

10 premiers matchs dans la LNH, il impressionne.

Evan Bouchard : C

A eu la chance de goûter à la LNH, mais n’était pas prêt.

Alex Petrovic : C-

Peut jouer 20 minutes, fiche de -5 en quatre matchs.

Brandon Manning : D

Il n’amène rien à l’équipe

ATTAQUANTS

Connor McDavid : A+

Sans lui, où seraient les Oilers cette saison?

Ryan Nugent-Hopkins : A

Ryan Nuggent-Hopkins célèbre après avoir inscrit son cinquième but de la saison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryan Nuggent-Hopkins célèbre après avoir inscrit son cinquième but de la saison.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Avec 38 points en 42 parties, il est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière. Attaquant le plus utilisé en infériorité numérique, il excelle dans les deux sens de la patinoire.

Leon Draisaitl : A-

Il joue extrêmement bien quand il est utilisé au sein du trio de Connor McDavid. Draisaitl a marqué 23 buts, le capitaine était sur la patinoire pour 17 d’entre eux. Un joueur qui commande un salaire de 8,5 M devrait être en mesure de piloter son propre trio afin d’enlever de la pression sur le meilleur joueur de l’équipe.

Alex Chiasson : A-

Sans doute la plus belle surprise au sein de l’équipe cette saison. Invité pour un essai professionnel au camp d’entraînement, Chiasson a convaincu les Oilers de lui offrir un contrat. Ses 16 buts, un sommet en carrière, le placent au 42e rang de la LNH à ce chapitre.

Kyle Brodziak : C+

Les Oilers ont fait son acquisition autant pour ses qualités défensives que pour ses qualités de meneur dans le vestiaire. Le doyen de l’équipe (34 ans) a remporté 52 % de ses mises en jeu.

Khaira et Brodziak célèbrent après un but des Oilers. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jujhar Khaira et Kyle Brodziak jouent un rôle important en défense.

Photo : Associated Press / Jim Young

Jujhar Khaira: C-

Il peut être un très bon attaquant défensif quand il joue avec intensité. Il pourrait être plus opportuniste.

Jesse Puljujarvi : C-

Il faut se rappeler qu’il n’a encore que 20 ans. On ne peut critiquer l’effort qu’il fournit à chacun des matchs. Il a besoin d’être mieux entouré pour produire, il est un peu victime du manque de profondeur des Oilers.

Zack Kassian : C-

Fait un bon travail côté robustesse, mais pourrait contribuer plus à l’attaque.

Tobias Rieder : D

Il a toujours marqué au moins 12 buts par saison depuis le début de sa carrière, mais n’a pas encore touché la cible en 29 matchs à Edmonton.

Ty Rattie : D-

N’a inscrit qu’un seul point alors que Connor McDavid n’était pas sur la glace avec lui.

Milan Lucic : D-

Milan Lucic s'apprête à sauter sur la patinoire avant un match à la Place Rogers. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Milan Lucic n'a qu'un but en 42 matchs cette saison.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Il n’a inscrit que deux buts à ses 88 derniers matchs (46 l’an passé et 42 cette saison), malgré le fait qu’il joue en moyenne 1:54 par match en supériorité numérique. Il est troisième dans la LNH pour le nombre de mises en échec, mais avec un salaire annuel de six millions, les Oilers s’attendent à un meilleur rendement offensif.

Les autres :

Ryan Spooner : D

Trois points en 20 rencontres et un salaire de 3 100 000 $

Kailer Yamamoto : C

Il n’est pas prêt pour la LNH, mais le manque de profondeur de l’équipe fait qu’on doit faire appel à lui.

Alberta

Hockey