•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrer la surreprésentation des enfants autochtones dans les foyers d'accueil

Des enfants dans une salle d'attente.
Des enfants dans une salle d'attente Photo: Radio-Canada / Paul Borkwood

L'Hôpital St. Michael et le groupe de sages-femmes Seventh Generation Midwives, de Toronto, veulent réduire le nombre d'enfants autochtones placés en foyer d'accueil en améliorant les services offerts aux femmes enceintes.

Les enfants autochtones comptent pour environ 30 % des enfants dans les foyers d'accueil en Ontario, alors qu'ils ne représentent que 4,1 % de la population de moins de 15 ans, indique un rapport de la Commission ontarienne des droits de la personne publié ce printemps.

Les antécédents d’oppression des peuples autochtones et la discrimination à laquelle ils continuent de se heurter ont créé de nombreux désavantages économiques et sociaux, comme de faibles niveaux de scolarisation, des taux élevés de chômage, des niveaux de pauvreté extrêmes, des logements inadéquats et des disparités sur le plan de la santé, explique la Commission.

La clinique Seventh Generation Midwives, à Toronto.Seventh Generation Midwives collabore avec l'Hôpital St. Michael. Photo : Radio-Canada / Paul Borkwood

Dans l'espoir de renverser cette tendance, l'Hôpital St. Michael et la clinique Seventh Generation Midwives offrent aux femmes autochtones différents services pré et postnataux, en collaboration avec des organismes de la ville.

Nous nous assurons qu'elles ont accès à ce dont elles ont besoin, notamment un logement et de la nourriture, et que les services sont offerts de manière coordonnée, explique la vice-présidente de la recherche de l'Hôpital St. Michael, Patricia O'Campo.

Photo de Patricia O'campo, vice-présidente responsable de la recherche à l'Hôpital St. Michael, à Toronto. Patricia O'Campo, vice-présidente responsable de la recherche à l'Hôpital St. Michael, à Toronto Photo : Radio-Canada / Paul Borkwood

Pour la sage-femme Sara Wolfe, du groupe Seventh Generation Midwives, ce projet permet aussi d'offrir aux femmes autochtones un système de soutien. Par exemple, tous les lundis, un groupe de femmes se rassemble pour échanger des conseils.

Lorsqu'il existe des traumatismes intergénérationnels, les femmes peuvent ne pas avoir accès à un réseau familial pour les soutenir dans leur nouveau rôle parental, explique-t-elle.

La sage-femme Sara Wolfe (à gauche) en compagnie de Charleana Toney (à droite). Sur la photo, on aperçoit Sara Wolfe qui prend la pression artérielle de Charleana Toney dans son bureau. La sage-femme Sara Wolfe (à gauche) en compagnie de Charleana Toney (à droite) Photo : Radio-Canada / Paul Borkwood

Charleana Toney, cliente de la clinique, affirme que les soins sont offerts d'une manière qui est plus personnelle et respectueuse des traditions autochtones.

Je me sens fière d'être anichinabée, dit-elle. Avant, ce n'était pas le cas.

Au cours des trois prochaines années, des chercheurs examineront l'impact de ce programme sur le nombre d'enfants autochtones placés en foyers d'accueil.

D'ici là, le gouvernement fédéral compte déposer cette année un projet de loi pour réduire le nombre d'enfants autochtones retirés de leur foyer.

Au Canada, les enfants autochtones représentent 52,2 % de tous les enfants placés en famille d'accueil, alors qu'ils ne forment que 7,7 % de la population de moins de 15 ans.

Avec les informations de CBC 

Autochtones

Santé