•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures de protection des baleines noires seront toujours imposées en 2019

Deux baleines noires dans l'eau
Deux baleines noires dans l'eau Photo: NOAA
Radio-Canada

Après une année 2017 meurtrière, Pêches et Océans est maintenant convaincu de l'efficacité des mesures imposées en 2018 pour protéger les baleines noires. Aucun spécimen de l'espèce en voie de disparition n'a péri en eaux canadiennes en 2018, et des mesures de protection seront toujours appliquées en 2019.

L’année 2018 s’est déroulée sans faute, ou presque, en matière de protection de la baleine noire dans les eaux de l’Atlantique Nord et du golfe du Saint-Laurent.

Une année sans mort illustre l’efficacité des mesures mises en place, croit le directeur de la gestion des ressources halieutiques du ministère des Pêches et des Océans (MPO), Adam Burns.

En 2018, il y a eu autant de baleines noires dans le sud du golfe du Saint-Laurent qu’en 2017, indique Adam Burns. Nous avons eu tous ces incidents [en 2017], et nous avons continué les pêches dans ces secteurs.

Adam Burns, en entrevue sur le plateau de CBC.Adam Burns, directeur de la gestion des ressources halieutiques du ministère des Pêches et des Océans Photo : Radio-Canada

Le nombre de morts s’est élevé à 18 en 2017, dont 12 dans les eaux canadiennes.

La majorité des baleines s’étaient empêtrées dans le matériel de pêche ou avaient été frappées par des navires.

Adam Burns rappelle que le 28 avril 2018, le MPO a fermé une assez grande zone du sud du golfe du Saint-Laurent à l’utilisation des cages pour la pêche.

Environ 90 % des baleines observées en 2017 se trouvaient dans cette zone.

Les pêcheurs, grands perdants

Le MPO a systématiquement fermé les zones de pêche où des baleines s’aventuraient en 2018, obligeant les pêcheurs à retirer leurs engins des eaux. Les fermetures d’une durée de deux semaines ont parfois été prolongées.

Mais les mesures de protection de la baleine noire n’ont pas fait l’unanimité. Des manifestations ont d’ailleurs eu lieu à Caraquet cet été.

Le président de l’Union des pêcheurs des Maritimes, Carl Allen, a soutenu pendant les manifestations qu’aucune baleine n’avait été observée à l’intérieur des zones de pêche au homard fermées à la pêche.

Carl Allen, le président de l'Union des pêcheurs des Maritimes (UPM)Carl Allen, le président de l'Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) Photo : Radio-Canada

De nombreux pêcheurs affirment que les mesures les empêchent de gagner leur vie.

Adam Burns reconnaît que les mesures ont eu un impact économique important, mais ajoute que le ministère a observé une coopération exceptionnelle de la part de l’industrie des pêches.

Ils ne souhaitent pas plus que n’importe qui voir leur matériel nuire aux baleines noires, assure M. Burns.

Des secouristes sur un bateau à la poursuite d'une baleine qui traîne un cordage de pêche et une bouée.Une baleine noire de l'Atlantique Nord empêtrée dans un cordage de pêche Photo : Associated Press

Pêches et Océans révise maintenant les mesures de protection pour voir s’il y a d’autres manières d’atteindre la même efficacité en réduisant l’impact sur les pêcheurs, précise M. Burns.

Le MPO a entrepris à ce sujet des consultations avec l’industrie des pêches et les Premières Nations.

Signe d'espoir

Un baleineau de l’espèce en voie de disparition a été aperçu dans le sud des eaux américaines à la fin de 2018.

Nous n’en avions pas observé l’hiver dernier, donc ce sont d’excellentes nouvelles pour les populations, s’est réjoui Adam Burns.

Bien qu’aucun spécimen n’ait péri en eaux canadiennes, trois baleines noires sont mortes au large des côtes américaines en 2018.

Nouveau-Brunswick

Protection des espèces