•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emplois : les robots ne sont pas près de remplacer les humains

Des robots dans une usine au Japon.

Les travailleurs qui continuent leur formation tout au long de leur carrière devraient mieux tirer leur épingle du jeu que les autres, estime la Banque mondiale.

Photo : Reuters / Issei Kato

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le marché du travail aura encore besoin des êtres humains pour longtemps, mais ces employés en chair et en os trouveront plus d'emplois en Asie. C'est ce que révèle un nouveau rapport (Nouvelle fenêtre) de la Banque mondiale.

D’après ce document, l’automatisation a eu jusqu’ici des conséquences négligeables sur le taux d’emploi mondial, mais des variations se font tout de même sentir dans certains secteurs et dans certaines régions du globe.

Les emplois qui impliquent des tâches répétitives et très spécifiques, comme ceux du secteur manufacturier, sont en déclin dans les économies plus développées. La forte création d’emplois dans ce même secteur en Asie de l’Est a toutefois largement compensé pour cette diminution en Occident, ce qui explique pourquoi les chiffres mondiaux restent stables.

En revanche, les employés qui détiennent des compétences variées et qui continuent de se former au cours de leur carrière tirent mieux leur épingle du jeu. Ces travailleurs sont de plus en plus en demande, tout comme ceux qui se spécialisent dans des métiers exigeant des aptitudes relationnelles ou émotionnelles.

« De nombreux emplois actuels, et beaucoup plus dans un proche avenir, exigeront des compétences spécifiques qui combinent le savoir-faire technologique, la résolution de problèmes et l’esprit critique, mais aussi des aptitudes générales comme la persévérance, la collaboration et l’empathie », note le rapport.

L’accès à Internet, essentiel pour l’avenir

Pour la Banque mondiale, cesser d’investir dans le capital humain est un risque très mal calculé. « Il faut impérativement investir dans le capital humain si l’on veut tirer le meilleur parti de l’évolution des perspectives économiques, indique-t-elle. [...] [La] création d’emplois formels est la meilleure mesure à adopter pour cueillir les fruits des mutations technologiques. »

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de l’accès à Internet, à des infrastructures de transports efficaces (routières, portuaires et urbaines) et à des services publics de qualité dès l’enfance (santé et éducation) « pour tirer pleinement parti du potentiel des nouvelles technologies. »

Avec les informations de MIT Technology Review

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !