•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bris du F.-A.-Gauthier : la STQ ne ferme pas la porte à des dédommagements

Le traversier F.-A.-Gauthier, amarré au quai de Matane

Le traversier F.-A.-Gauthier, au quai de Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

La Société des Traversiers du Québec (STQ) étudie la possibilité de compenser financièrement les gens d'affaires qui doivent trouver des solutions de rechange pour livrer leurs marchandises entre les deux rives depuis que le F.-A.-Gauthier reste à quai. Les élus sont nombreux à exiger des remboursements pour ces entrepreneurs.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, et le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, ont notamment réclamé, la semaine dernière, que de telles indemnités soient versées aux entreprises touchées.

C'est une situation délicate, c'est une demande délicate qui demande des analyses. Donc on va le faire, on est en train d'analyser tout ça. Et en temps et lieu on annoncera notre décision.

Alexandre Lavoie, responsable des relations publiques à la Société des traversiers du Québec

Le F.-A.-Gauthier, qui effectue normalement la liaison maritime entre Matane, Godbout et Baie-Comeau, est hors fonction depuis maintenant deux semaines et demie.

Le F.-A. Gauthier au quai de MataneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le F.-A.-Gauthier

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La société d'état refuse de dire à combien pour l'instant s’élève la facture des options de rechange mises à la disposition des usagers du F.-A.-Gauthier.

On les suit de façon très serrée [les dépenses], ça, c'est sûr et certain. Cependant, on ne commentera pas sur les coûts avant d'avoir l'étendue des coûts complets à la fin de l'opération temporaire.

Alexandre Lavoie, responsable des relations publiques à la Société des traversiers du Québec

Parmi ces solutions mises en place, figure notamment l'avion qui a été nolisé pendant presque trois semaines. Selon Alexandre Lavoie, 4 500 billets d’avion ont été réservés pendant cette période.

À cet avion s’ajoute la location du CTMA Vacancier qui remplacera le F.-A.-Gauthier dès mardi.

La mise en cale sèche du traversier pour en déceler le problème et les réparations qui seront nécessaires s’ajoutent aussi au montant que la STQ aura à défrayer.

Bris du F.-A.-Gauthier : la STQ ne ferme pas la porte à des dédommagements

Que deviennent les employés du F.-A.-Gauthier?

Le F.-A.-Gauthier a quitté le quai de Matane dimanche pour laisser sa place au CTMA Vacancier qui le remplacera à partir du 8 janvier. Le navire de la STQ doit se rendre au chantier maritime Davie de Lévis pour que la source de son problème soit trouvée.

Une cinquantaine d'employés sont toujours en poste sur le traversier. Ils profitent de cet arrêt de service pour faire des travaux d'entretien.

La moitié d'entre eux restera à Matane. La grande majorité sera transférée sur le navire de remplacement.

L'autre moitié continuera de faire divers travaux sur le traversier durant son séjour au chantier maritime.

On va profiter en fait de l'arrêt forcé pour prendre les devants sur des programmes d'entretien entre autres, de l'entretien qui devait être fait lors de la prochaine cale sèche qui s'en vient là, c'est prévu au printemps, affirme Alexandre Lavoie.

Un remorqueur navigue près du F.-A. Gauthier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un remorqueur doit accompagner le F.-A.-Gauthier dans ses déplacements entre Baie-Comeau et Lévis.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le F.-A.-Gauthier passera d’abord quelques jours au quai de Baie-Comeau avant de se diriger vers le chantier maritime de Lévis le 14 janvier.

Durant ces voyages, il sera accompagné d'un remorqueur au cas où le navire rencontrerait des problèmes techniques en chemin.

Le CTMA Vacancier pourra remplacer le F.-A. Gauthier jusqu’en février. Il devra alors retourner aux Îles-de-la-Madeleine pour assurer la liaison maritime entre Cap-Aux-Meules et Souris.

D’après un reportage de Jean-François Deschênes

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports