•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traverser le Canada à pied pour son bien-être, pas nécessairement pour une cause

Zayell Johnston, en tenue d'hiver, portant son sac au dos,  debout près d'une route.

Zayell Johnston a parcouru le Canada à pied en commençant par l'ouest.

Photo : Zayell Johnston/Facebook

Radio-Canada

Après avoir parcouru 9000 kilomètres à pied en 9 mois en 2018, Zayell Johnston, un Saskatchewanais de 27 ans, estime avoir enfin réalisé un de ses objectifs les plus ambitieux : celui de traverser à la marche le Canada d'ouest en est.

Le visage aspergé d'eau de l’océan Pacifique, le résident de Yorkton a commencé son voyage à partir de Victoria, en Colombie-Britannique, en février dernier.

« Je suis un gars normal, dit-il. J’avais un objectif, alors je me suis mis en route pour l’atteindre. »

Il portait un sac de près de 20 kg, dans lequel il y avait notamment une tente, un sac de couchage, un réchaud de camping. Il avait aussi un système de positionnement par satellite (GPS) pour permettre à sa mère de suivre son parcours.

À la recherche de la paix

Contrairement à d’autres avant lui, Zayell Johnston s’est lancé dans ce périple non pas pour défendre une cause, mais pour des raisons personnelles.

Après avoir perdu son travail à Vancouver et s’être réinstallé à Yorkton, il réfléchissait beaucoup à ce qu’il pourrait faire de sa vie. Il s’est alors mis à penser à l'objectif qu’il s’était fixé sept ans auparavant.

« Oh! voyage, soyez clément, je suis à la recherche d’une certaine paix de l’esprit », écrit-il sur sa page Facebook, avant de se lancer dans l’aventure.

Durant son aventure, il est passé à travers toute la gamme des émotions.

Autoportrait de Zayell Johnston avec en arrière-plan un panneau affichant « Centre du Canada, Manitoba ».

Zayell Johnston a parcouru en moyenne 50 kilomètres par jour durant son voyage.

Photo : Zayell Johnston/Facebook

Menacé par le découragement

Zayell Johnston a parcouru en moyenne 50 kilomètres par jour, n’acceptant d’être transporté en voiture qu'à deux reprises, sur une courte distance pour des raisons de sécurité.

Il a dû braver des intempéries, dont une tempête de neige, de la grêle et des averses.

C’était si dur qu’il se demandait parfois pourquoi il s’infligeait un tel supplice.

Revigoré par les autres

Quand il est arrivé à Thunder Bay, en Ontario, il a installé sa tente là où, des dizaines d’années auparavant, Terry Fox a mis, pour des raisons médicales, un terme à sa traversée épique.

Sur un monument érigé à la mémoire de ce héros canadien, Zayell Johnston a été encouragé par ces paroles de son prédécesseur : « Je souhaite seulement que les gens se rendent compte que tout est possible si on le tente. Les rêves se réalisent si on essaie. »

Zayell Johnston a aussi été encouragé par l’hospitalité dont il a fait l'objet de la part d'amis et même d’inconnus un peu partout sur son passage.

En couchant le plus souvent à la belle étoile et parfois chez des hôtes accueillants, il a pu économiser une bonne partie des 650 $ qu’il avait amassés grâce à une campagne de sociofinancement GoFundMe.

Le comble de la joie

À la mi-novembre, avec une barbe fournie, ayant perdu 30 livres, mais aussi rempli de fierté et d'une grande satisfaction, il est arrivé à Cape Spear, l’extrémité orientale du Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Plan large sur Cape Spear à l’aube, Zayell Johnston, à genou, lève les bras en l’air pour exprimer sa joie.

Zayell Johnston célèbre son exploit en arrivant à Cape Spear, l’extrémité orientale du Canada.

Photo : Zayell Johnston/Facebook

Au comble de la joie, il s'est aspergé le visage avec de l'eau venue de l’océan Atlantique.

Aucun mot ne suffit à décrire un tel moment, aucune vidéo n’arrive vraiment à capter ce que je ressens.

Zayell Johnston

De retour de son odyssée, Zayell Johnston a envoyé des dons d’environ 50 $ aux filiales provinciales de l’Association canadienne pour la santé mentale, grâce à ce qui lui restait des fonds collectés.

Cet objectif maintenant rayé de sa liste, il se dit prêt à passer au suivant.

Avec les informations de Bonnie Allen de CBC

Saskatchewan

Activités sportives