•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obstétrique à Bathurst : la réouverture du service encore retardée

L'Organisation mondiale de la santé veut revoir les pratiques sur l'accouchement.

Photo : iStock

Anaïs Brasier

La réouverture du service d'obstétrique de Bathurst était prévue pour le 7 janvier, mais est reportée au 4 février, encore en raison du manque de personnel infirmier.

On attendait quatre retours au travail et finalement les gens ont prolongé et on a eu seulement un retour au travail, explique d’emblée le président-directeur général du réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne.

Ça nous laisse dans une situation trop vulnérable pour assurer des services sécuritaires et de qualité.

Gilles Lanteigne, président-directeur général du réseau de santé Vitalité

Deux personnes formées à l’extérieur devraient aussi être prêtes pour une réouverture le 4 février, explique Gilles Lanteigne. La formation a bien été, mais il manque des petites choses, des petites habiletés, surtout par rapport à la familiarisation aux locaux.

Une équipe flottante pour prévenir de nouveaux problèmes

Le service d’obstétrique de Bathurst est interrompu depuis la fin du mois d’octobre. Pour éviter qu’une telle situation se reproduise dans le futur, deux personnes supplémentaires ont été envoyées en formation afin d’avoir une équipe flottante, assure le PDG. On va avoir une glace un peu plus épaisse, ça va nous donner une plus grande marge de manoeuvre.

En attendant, le personnel de l’Hôpital régional de Bathurst peut répondre aux urgences, mais demandent aux femmes enceintes de se rendre aux hôpitaux de Campbellton ou Miramichi pour les services réguliers.

On fait tout pour ouvrir le plus vite possible parce que pour nous c’est un service essentiel, conclu Gilles Lanteigne.

L'opposition blâme le gouvernement

Le porte-parole des enjeux de santé au sein du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Jean-Claude d'Amours, se dit surpris de cette annonce. Le ministre de la Santé avait annoncé en grande pompe, au début du mois de décembre, la réouverture du service d'obstétrique en prévision du 7 janvier, dit-il. Le ministre a soit annoncé trop vite la situation ou tout simplement c’est un manque de planification du système, ajoute-t-il.

C'est extrêmement décevant de voir cette situation pour la région.

Jean-Claude d'Amours, porte-parole des enjeux de santé au sein du Parti libéral du Nouveau-Brunswick

Il se questionne également sur la gestion du système de santé par le gouvernement. Le premier ministre dit qu'on devrait considérer s'il y a des dédoublements. Je pense qu'avant de commencer à se poser des questions, on devrait s'assurer d'offrir les services comme les gens s'attendent dans toutes les régions de la province.

Avec des informations de Camille Bourdeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé