•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas facile de dire au revoir à La bonbon, le chat du village de Vonda

Une photo d'un chat dans un garage
La Bonbon, le chat du village de Vonda Photo: Chloé Rowe
Nicole Lavergne-Smith

Presque tout le monde à Vonda connaissait La bonbon, un chat roux et aventurier avec un tempérament chaleureux. Même si c'était un chat qui avait une famille bien à lui, La bonbon ne pouvait pas s'empêcher de quitter son nid familial pour socialiser avec les gens de la communauté. Son décès, jeudi matin, après avoir été possiblement happé par une voiture, laissera un vide difficile à combler.

L’aventure commence

Il y a trois ans, un petit chat d’environ un an a suivi Jacey Petrie et sa fille d’un an jusqu'à la maison, après le défilé du père Noël de Vonda. Son conjoint, Tanner, raconte que le chat a d'abord trouvé refuge durant quelques jours sous leur BBQ familial.

Tanner souligne que leur fille a adoré le chat dès le début. Un bon jour, alors qu’elle le surveillait par la fenêtre de la cuisine, la petite s'est écrié La bonbon, La bonbon!. Le nom est resté.

Après avoir partagé la photo de La bonbon sur Facebook, dans le but de découvrir à qui il appartenait, la famille Petrie a reçu un appel du propriétaire.

Tanner explique qu'il était seul dans le garage avec La bonbon quand ce dernier est arrivé pour récupérer le chat. Il a tout de suite remarqué à quel point le chat était heureux et ronronnait dans les bras de Tanner. Il a dit, j’ai beaucoup de chatons à la maison et je crois que celui-ci semble avoir choisi la sienne par lui-même.

Tanner raconte qu'il a alors dû expliquer à sa femme qu’ils avaient maintenant un nouveau membre dans leur famille!

Nicole Lavergne-Smith est la Fureteuse fransaskoise. Pour découvrir ses autres reportages, rendez-vous sur sa page thématique.

La bonbon, l’aventurier

Avec le temps, La bonbon a finalement commencé à vivre à temps plein dans la maison familiale. Même si la famille lui achetait de la nourriture pour chat, la bête préférait la viande de chevreuil ou des rongeurs. La famille raconte que ce chat spécial aimait bien se faire des festins de souris.

Mais son goût pour l’aventure ne s’est jamais éteint. Le père de la famille dit qu'il recevait souvent des textos avec des photos de La bonbon dans différents endroits du village : à l’école, à la patinoire, au bar et chez de nombreux résidents.

Un chat dans une décapotable rougeLa bonbon qui prend la pose dans une voiture Chrysler LeBaron. Photo : Kevin Gillis

Une résidente, Chloé Rowe, mentionne que La bonbon venait souvent sur son terrain et qu'elle le laissait fréquemment entrer dans sa maison.

Elle dit aussi que le chat allait mainte et mainte fois visiter les enfants du Centre éducatif La petite jungle où elle travaille. Les enfants le flattaient et le prenaient dans leur bras. La bonbon les accompagnait même parfois durant leur promenade, dit-elle. Certains estimaient même que le chat était devenu la mascotte de la garderie.

Un chat dans les bras d'un enfant dans un parcLa bonbon dans les bras de Zoey Chapman Photo : Elaine Chapman

La bonbon poursuivait parfois son chemin vers l'école Providence, au même endroit que la garderie. Francis Denis, un enseignant, pouvait régulièrement observer le chat du village se promener durant sa classe d'éducation physique.

Catherine Godbout, une autre enseignante à l’école Providence, souligne qu’elle voyait souvent La bonbon sur le bord d'une des fenêtres de sa salle de classe.

Il tournait autour des élèves quand ils faisaient de la lecture à l’extérieur. On peut alors dire que c'est un chat qui devait aimer l'éducation francophone et les stratégies de lecture!,dit-elle.

Il faut cependant noter que ce n’est pas tout le monde qui était aussi enchanté par La bonbon. Une résidente s'est déjà plainte sur Facebook parce que La bonbon venait souvent faire ses besoins sous sa terrasse. Cette dernière, dans son message, montrait qu'elle semblait quand même garder son sens de l'humour par rapport aux incidents.

Un au revoir pénible

Un chat couché sur un enfant qui dortLa bonbon étendu sur Jane Petrie, la fille de Tanner et de Jacey, qui adorait le chat. Photo : Jacey Petrie

Mais aujourd'hui, La bonbon manque déjà à de nombreux résidents.

Jeudi, vers 3 h dans la nuit, Tanner Petrie raconte avoir a entendu La bonbon pleurer à la porte de la maison. Il croit que le chat a été frappé par un véhicule et est mort quelques minutes après s’être trainé jusqu'à sa maison d'adoption. Toute la famille a le coeur brisé, admet-il.

Elle tiendra fort probablement une petite cérémonie à la maison pour marquer son départ.

À quatre ans, c’était une vie de chat trop courte, mais remplie d’aventures.

Saskatchewan

Société