•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les politiciens allemands victimes d'un important vol de données personnelles

Des mains tapent sur un clavier d'ordinateur.

La société a précisé qu'une « partie non autorisée » avait réussi à accéder aux données des membres.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des informations personnelles et bancaires de centaines de politiciens allemands, dont la chancelière Angela Merkel, ont été publiées sur Internet par des pirates informatiques, selon la chaîne ARD TV.

D’après la chaîne publique allemande, des numéros de cartes de crédit, de téléphone, des adresses, des listes de contacts, des lettres personnelles et plusieurs copies de cartes d’identité d’élus allemands ont été publiées sur un compte Twitter.

Les principaux groupes parlementaires, les partis de centre droit et de centre gauche au pouvoir, ainsi que les Verts, la gauche Die Linke et le FDP ont tous été touchés par cette fuite d’envergure à l’exception du parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (Afd).

Un porte-parole du parti de gauche Die Linke a confirmé vendredi que plusieurs de ses membres figuraient parmi les personnes touchées par ce vol de données.

Dietmar Bartsch, président du groupe Die Linke au Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, figure aussi parmi les victimes, a précisé le porte-parole.

Quant à la chancelière Angela Merkel, son adresse électronique et plusieurs pièces de son courrier personnel auraient été publiées.

Les coordonnées personnelles de journalistes de la télévision, de satiristes et même de chanteurs de rap auraient aussi été publiées sur le même compte Twitter.

Selon le magazine BILD, les services de sécurité informatiques allemands auraient requis la collaboration de leurs collègues américains de la NSA pour tenter de remonter la filière et de cerner l'ampleur des données piratées.

Calendrier de l'Avent

Les auteurs de ce vaste piratage informatique, qui sont inconnus pour le moment, ont publié ces données en décembre dernier sur un compte Twitter sous la forme d’un calendrier de l’Avent.

« Les gens derrière tout cela veulent miner la confiance dans notre démocratie et nos institutions », a déclaré la ministre de la Justice allemande Katarina Barley, pour qui il s’agit d’une « attaque grave ».

Selon l’Office fédéral allemand pour la sécurité de l’information (BSI) qui enquête activement sur cette fuite de renseignements, la sécurité des réseaux informatiques gouvernementaux n’aurait pas été compromise et aucun document sensible n’aurait été publié.

L’ampleur de cette fuite de renseignements personnels est cependant très préoccupante pour les autorités du pays, qui redoutent des conséquences considérables à la suite de ce piratage.

Selon la radio publique RBB, le compte Twitter sur lequel les informations ont été publiées est suivi par 17 000 personnes. Il est entre autres relié à une plateforme Internet basée à Hambourg, en Allemagne.

Les informations personnelles des élus qui dataient d’avant octobre 2018, selon le journal Bild, sont toujours accessibles sur Internet vendredi.

Les documents qui ont été affichés sur le compte le mois dernier n’ont en effet été découverts que jeudi soir par des fonctionnaires gouvernementaux.

L'Allemagne régulièrement ciblée

Ce n’est pas la première fois que des politiciens allemands sont la cible d’attaques informatiques de ce genre.

En mars 2018, le réseau informatique du gouvernement allemand avait essuyé une attaque informatique qui avait été attribuée à des pirates informatiques russes.

En 2016, la Russie avait aussi orchestré une attaque contre le groupe de télécommunication Deutsche Telekom, selon le gouvernement allemand.

En 2015, la Russie avait aussi été accusée d’avoir mené une série d’attaques informatiques, dont un vol de données dans les réseaux informatiques du Bundestag.

Les Russes sont également accusés d'avoir tenté d'influencer l'issue des présidentielles françaises et américaines en menant des attaques informatiques notamment contre l'organisation d'Emmanuel Macron et de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Avec les informations de BBC, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !