•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brésil : « nettoyage » idéologique annoncé par l'administration Bolsonaro

Onyx Lorenzoni, ministre de la Maison civile du Brésil
Le nouveau ministre de la Maison civile brésilien, Onyx Lorenzoni, a promis un changement de cap dans la direction du pays. Photo: Reuters / Adriano Machado
Agence France-Presse

Le nouveau gouvernement du président d'extrême droite Jair Bolsonaro a annoncé jeudi, à l'issue de son premier conseil des ministres, une épuration des contractuels dans l'administration publique pour « nettoyer » le Brésil « des idéologies socialiste et communiste ».

« Ça n'a aucun sens de conserver dans un gouvernement ayant un profil comme le nôtre des gens qui défendent une autre logique, un autre système politique, une autre organisation de la société », a affirmé le chef du gouvernement Onyx Lorenzoni à l'issue de cette première réunion ministérielle au palais présidentiel de Planalto, à Brasilia.

« Nous aurons le courage de faire ce qui a peut-être manqué au dernier gouvernement, commencer à nettoyer la maison dès le début », a-t-il insisté.

M. Lorenzoni avait déjà annoncé mercredi un « nettoyage » dans son propre ministère, celui de la Maison civile (un ministère lié à la présidence), affirmant qu'il limogerait 300 agents contractuels, embauchés sans avoir passé les concours de l'administration publique.

Mais jeudi il est allé plus loin, expliquant que tous les autres ministres pourraient faire de même.

C'est le seul moyen de gouverner de façon efficace et de faire ce que la société brésilienne a décidé par les urnes : mettre fin aux idées socialistes et communistes qui nous ont menés au chaos actuel, avec le chômage [...], l'insécurité des familles, les mauvaises prestations du système de santé et des écoles qui endoctrinent au lieu d'éduquer.

Onyx Lorenzoni, ministre de la Maison civile

Des changements de cap radicaux

Jair Bolsonaro serre dans ses bras le ministre Augusto Heleno.Le président brésilien Jair Bolsonaro salue son nouveau ministre de la Sécurité Augusto Heleno à son arrivée à une réunion conjointe. Photo : Reuters / Adriano Machado

Farouche anticommuniste, M. Bolsonaro a été élu en octobre en partie grâce à un fort rejet du Parti des travailleurs (PT) de gauche de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, qui a régné 13 ans et qui est jugé responsable par de nombreux Brésiliens des maux de leur pays, la corruption en tête.

« Cette bannière ne sera jamais rouge » sauf si « notre sang doit être versé », avait-il lancé au moment de son investiture mardi, brandissant le drapeau jaune et vert du Brésil.

En ce qui concerne les écoles, la refonte de l'administration passera notamment par la suppression d'un département de la diversité du ministère de l'Éducation, qui était chargé de mettre en place des programmes scolaires sur le respect des droits de la personne et le racisme.

Ce département sera remplacé par un autre, qui aura pour but d'accroître les efforts en matière d'alphabétisation.

Dans un tweet diffusé mercredi soir, Jair Bolsonaro lui-même a défendu cette mesure, affirmant qu'elle visait à « former des citoyens prêts à entrer sur le marché du travail, contrairement aux gouvernements précédents, qui ont investi dans la formation de mentalités esclaves des idées à dominante socialiste ».

100 jours pour agir

Onyx Lorenzoni a également affirmé que le gouvernement comptait faire des économies en regroupant des services qui, selon lui, faisaient doublon et en mettant en place un programme de vente d'immeubles sous-utilisés appartenant aux différents ministères.

Les 22 ministres du gouvernement Bolsonaro ont pris leurs fonctions mercredi et ce premier conseil avait des airs de répétition avant une entrée dans le vif du sujet mardi au prochain conseil des ministres.

« Le président a réitéré sa demande de la présentation d'une série de mesures mardi », a dit M. Lorenzoni, son homme de confiance.

On parle toujours des 100 premiers jours, mais comme il s'agit d'un gouvernement très différent des précédents, qui suscite de nombreuses attentes, il doit prendre dès le début des mesures à fort impact et c'est ce qu'il est en train de faire.

André César, cabinet de consultants Hold

Dans son discours d'investiture, le ministre de l'Économie Paulo Guedes a affirmé mercredi que la réforme des retraites serait « le premier et le plus grand défi » auquel le gouvernement Bolsonaro devrait faire face.

Des propos salués par les marchés, l'indice Ibovespa de la Bourse de Sao Paulo ayant battu un record historique, franchissant pour la première fois la barre des 90 000 points.

Très impopulaire, cette mesure est jugée cruciale par les milieux d'affaires pour réduire la dette publique du Brésil, mais requiert une révision constitutionnelle qui doit être approuvée par le Congrès.

Jeudi, Onyx Lorenzoni n'a pas souhaité donner de détails sur la façon de mettre en place cette réforme, se contentant d'un « je n'ai qu'une chose à dire : nous allons la faire ».

International