•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résultats préliminaires encourageants pour le port de Montréal

Le reportage de Jacques Bissonnet
Isabelle Montpetit

Plus de conteneurs, plus de marchandises, plus de bateaux de croisière, l'année 2018 a permis au port de Montréal d'atteindre de nouveaux records, selon un bilan préliminaire publié jeudi.

Un total de 1,6 million de conteneurs a été manutentionné dans les installations du port, soit 9 % de plus qu’en 2017, et on y a traité 39 millions de tonnes de marchandises, une augmentation de 2,5 % par rapport à l’an dernier.

La croissance a été encore plus forte dans le secteur des croisières. En 2018, près de 127 000 passagers et membres d’équipage ont débarqué à Montréal, soit 11 % de plus qu’en 2017.

Le port avait inauguré son nouveau terminal de croisières en juin dernier sur l’ancienne jetée Alexandra. Baptisé Le Grand Quai, l'endroit est accessible au public, ce qui n’était pas le cas auparavant.

L’administration portuaire a aussi tenté de mesurer la contribution de ses activités au produit intérieur brut (PIB) du Canada. Les retombées économiques atteindraient 2,6 milliards de dollars, soit 23 % de plus qu’en 2014, dernière date à laquelle cet exercice avait été réalisé. De plus, 19 000 emplois seraient tributaires des activités du port.

« C’est sûr que la robustesse de l’économie nous a aidés, indique Sylvie Vachon, PDG de l’Administration portuaire de Montréal. On a aussi vu l’impact de l’accord de libre-échange qui a été signé avec l’Europe. »

La canne à pommeau d’or

Ces données ont été présentées en marge de la cérémonie de remise de la canne à pommeau d’or, qui récompense le premier navire à atteindre le port de Montréal dans l’année.

L’objet, dont la valeur est estimée à 4500 $, a été remis au capitaine Volodymyr Yurchenko, qui commandait le Virginiaborg. Le navire a quitté le port de Porsgrunn en Norvège le 20 décembre dernier et est arrivé à Montréal mercredi à 3 h 50. Il transportait du ferromanganèse, un alliage utilisé entre autres dans la fabrication d’acier de haute qualité.

Menace de grève

Le bilan positif du port est toutefois assombri par la menace de grève des 1100 débardeurs du port, dont la convention collective est échue depuis le 31 décembre. Toutefois, avant de déclencher un débrayage, le Syndicat des débardeurs du port de Montréal devra attendre la décision du Conseil canadien des relations industrielles sur les services essentiels à fournir.

Il pourrait s’agir, par exemple, de la livraison de sels de déglaçage ou de matériel médical, explique Louis Aucoin, porte-parole de l’Association des employeurs maritimes, qui est l’agent négociateur pour la partie patronale.

Projet d’agrandissement

Pour le moment, le port de Montréal est le seul au Québec à pouvoir recevoir des conteneurs. Il fait toutefois face à la concurrence de plusieurs installations aux États-Unis pour attirer de plus gros navires qui transportent entre autres des marchandises à destination du Midwest américain. Le port de Québec convoite aussi ce marché et ses dirigeants prévoient inaugurer en 2020 un terminal de conteneurs à Beauport.

C’est pourquoi le port de Montréal mise beaucoup sur son projet de nouveau terminal à Contrecœur, en Montérégie, qui lui permettrait d’augmenter de 1,15 million par année le nombre de conteneurs qu’il peut traiter.

« Nous, on a acheté ces terrains il y a plus de 30 ans en prévision qu'un jour on serait à capacité à Montréal. Je pense que mes prédécesseurs ont été vigilants et prévoyants. Pour nous, notre projet est sur la bonne voie et on espère qu'en 2019 on aura nos autorisations environnementales pour pouvoir débuter par la suite la construction », indique Sylvie Vachon.

Le projet fait actuellement l’objet d’une analyse par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.

Selon une étude d'impact réalisée par SNC-Lavalin pour le port de Montréal, l'arrivée du nouveau terminal provoquerait l'érosion des berges et la perte de milieux humides, et elle toucherait les habitats de poissons, dont le chevalier cuivré, d'amphibiens comme la rainette faux-grillon – présente à proximité du site –, de reptiles et de mammifères.

En ce qui concerne le chevalier cuivré, une espèce en voie de disparition qui pourrait fréquenter des herbiers présents sur le site, l'Administration du port de Montréal indique travailler avec Pêches et Océan Canada pour développer des mesures de compensation efficaces.

Avec la collaboration de Jérôme Labbé

Économie