•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des filtres sur des laveuses pour contrer les microfibres dans les Grands Lacs

Un scientifique examine un poisson en laboratoire.
Lisa Erdle dit avoir trouvé des microfibres de plastique dans des poissons des lacs Huron et Ontario. Photo: Lisa Erdle

Une nouvelle étude sur la présence de microfibres dans les Grands Lacs s'attaque à la source du problème : les laveuses.

Les minuscules particules de plastique s’échappent des tissus synthétiques comme le nylon et le molleton lorsqu’ils sont lavés et se répandent ensuite dans les usines de traitement de l’eau et dans les lacs.

Des chercheurs installeront une centaine de filtres spéciaux sur des machines à laver à Parry Sound, pour voir s’ils réduisent la quantité de particules de plastique qui se retrouvent à l'usine de traitement des eaux usées de la ville.

Parce que Parry Sound est une petite ville, nous croyons qu’il pourrait y avoir une diminution notable, affirme Lisa Erdle, doctorante au laboratoire Rochman de l’Université de Toronto, qui dirige le projet.

La présence de microfibres dans les lacs est bien documentée.

Une ville près d'un lac, vue en plongée. On distingue une marina, des bâtiments et un pont ferroviaire.La ville de Parry Sound, en bordure de la baie Georgienne en Ontario. Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Des microfibres dans les poissons

Selon David Sweetnam, directeur général de Georgian Bay Forever, une étude réalisée l'année dernière avait révélé la présence de microfibres dans 80 % de l'eau potable analysée dans les villes situées autour des Grands Lacs

Une couverture en laine polaire.Des microfibres de 200 μm s’échappent des couvertures en laine polaire. Photo : Lisa Erdle et Sam Athey

Il dit qu’un simple chargement de linge synthétique peut envoyer jusqu’à 100 000 particules dans l’eau.

[Les microfibres] se déplacent actuellement dans les Grands Lacs avec une densité supérieure à celle que vous constatez dans l'océan Pacifique, a-t-il déclaré.

Lisa Erdle dit avoir trouvé des microfibres dans des poissons, comme la truite, dans les lacs Huron et Ontario.

L’impact de la consommation de microfibres sur la santé humaine est peu connu.

Erdle dit que des recherches sont en cours pour évaluer exactement comment les petites particules nous affectent. Mais de plus en plus d’éléments suggèrent que les microplastiques – dont les microfibres sont l'un des exemples les plus courants – pèsent lourdement sur les écosystèmes en général.

Les filtres de la machine à laver seront installés pendant les deux années de l’étude et permettront d'éliminer près de 90 % des particules présentes dans l'eau actuellement, explique Sweetnam.

Son organisation recherche 100 à 200 volontaires de Parry Sound qui accepteraient de mettre un filtre sur leur machine à laver.

Selon Erdle, le projet permet aussi d’impliquer des personnes à l’extérieur de la communauté scientifique et ainsi de faire connaître davantage le problème environnemental que constituent les microfibres.

Elle espère que les microfibres deviendront aussi connues qu’un autre problème aquatique : la microbille, qui se trouvait autrefois dans les dentifrices et les nettoyants, mais qui a été interdite par le gouvernement canadien en 2017.

Nous avons éliminé les microbilles très facilement et très rapidement. Je pense qu’il existe également des solutions faciles pour limiter les microfibres de l’environnement, et cela pourrait être aussi simple que de mettre un filtre sur une machine à laver.

Avec les informations de CBC

Pollution

Environnement