•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets miniers pour la Côte-Nord en 2019

Une scène d'hiver près de la mine Scully et de la ville de Wabush au Labrador

La mine Scully, près de Wabush, au Labrador

Photo : John Gaudi

Louis Garneau

Le secteur minier semble avoir repris son élan en 2018 sur la Côte-Nord, avec l'annonce de trois projets majeurs durant l'automne. Mais la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ainsi que l'incertitude autour du prix des matières premières pourraient ébranler l'intérêt des partenaires financiers.

Le 28 novembre, Tacora Resources confirme la relance de l'ancienne mine Scully, près de la ville de Wabush. La société Cargill s'engage à acheter du fer concentré jusqu'en 2033.

Mine Scully près de Fermont.

Mine Scully près de Fermont.

Photo : Radio-Canada

La production sera expédiée via le port de Sept-Îles. Le président-directeur général Pierre Gagnon croit que l'arrivée de ce cinquième partenaire au quai multiusagers permettra d'améliorer les installations portuaires.

Il faut se souvenir, Mine Wabush opérait en moyenne 3 à 4 millions de tonnes de boulettes annuellement. Et là maintenant, on redémarre le tout avec uniquement du concentré, 6 millions de tonnes de concentré qui va être livré dès 2019.

Machine pour le chargement de minéraliers au port de Sept-Îles

Chargeuse à minerai au quai multiusagers de Pointe-Noire, dans la baie de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Par ailleurs, le 14 novembre, Champion confirme le lancement de l'étude de faisabilité pour doubler à 15 millions de tonnes annuellement la production de fer au lac Bloom, près de Fermont.

Les six premiers mois d'activité ont été couronnés de succès. Le fer à 66 % de pureté se vendait 90 dollars la tonne en Chine. Un projet d'expansion a déjà été interrompu avec la fermeture de Cliffs en 2014.

Mais le chef de l'exploitation de la mine du Lac Bloom, David Cataford, ne veut pas créer de fausses attentes. C'est sûr qu'on ne veut pas jouer la carte comme on a vu il y a quelques années, de juste produire pour produire, explique-t-il.

David Cataford avec un casque de construction. En arrière-plan, un camion lourd.

David Cataford, chef de l'exploitation pour la mine du lac Bloom

Photo : Radio-Canada

Il faut trouver des clients pour ce matériel-là. Il faut s'assurer de trouver des clients qui sont prêts à payer la prime.

David Cataford, chef de l'exploitation, Champion Iron

En décembre, la baisse du pétrole et la guerre des tarifs douaniers entre la Chine et les États-Unis sèment l'incertitude. Ce qui nuit à la confiance des investisseurs.

Serge Morin de la Financière Banque Nationale

Serge Morin, premier vice-président, Financière Banque Nationale.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau


Il faut se croiser les doigts évidemment pour qu'en 2019, le climat un peu plus désagréable de la fin d'année 2018 ne les décourage pas et que le financement reste là pour l'année prochaine.

Diversification minière

Le 29 novembre, des promoteurs manifestent leur intérêt pour une aciérie à Baie-Comeau. La production de un million de tonnes d'acier est envisagée, de même que des pigments de titane et 300 000 tonnes d'ilménite de fer.

Yves Montigny veut attirer de nouvelles entreprises à Baie-Comeau pour faire augmenter les revenus de la Ville.

Yves Montigny veut attirer de nouvelles entreprises à Baie-Comeau pour faire augmenter les revenus de la Ville.

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

[Baie-Comeau] se dirige maintenant vers une diversification de [son] économie dans le domaine minier, de façon importante.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Selon le maire, qui ne ménage pas ses efforts de diversification, il s'agit d'une journée historique pour Baie-Comeau.

Mason Graphite prévoit implanter une usine de transformation à Baie-Comeau

Mason Graphite veut implanter une usine de transformation à Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Marlène Joseph-Blais

Il faudra cependant produire des études et réunir 800 millions de dollars pour matérialiser l'aciérie.

Pendant ce temps, un autre projet, celui de Mason Graphite, progresse plus lentement en partenariat avec les Innus de Pessamit.

Côte-Nord

Métaux et minerais