•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chute des naissances se poursuit au Nouveau-Brunswick

Un bébé dors dans une couchette.

Le déclin du nombre de naissances se poursuit en 2018.

Photo : Getty Images / Tatyana Tomsickova

Radio-Canada

Les données préliminaires indiquent qu'il y a eu près de 5500 nouveau-nés dans la province en 2018. C'est une diminution de 1000 bébés par rapport à l'année 2017, qui avait elle-même connu un plancher historique.

Il s’agit d’une baisse de 17 % des naissances. Ce taux diminue pour une dixième année consécutive et atteint de nouveau cette année un plancher record.

Un nombre contesté par Statistique Canada

Statistique Canada conteste toutefois ces chiffres. L'agence fédérale indique que plus de 5000 bébés sont nés au cours des neuf premiers mois de 2018. En réponse à cette affirmation de Statistique Canada, un porte-parole de la province a déclaré que les chiffres publiés la semaine dernière n'étaient que préliminaires et que les chiffres définitifs devraient correspondre davantage aux tendances récentes. Ces chiffres seront publiés en avril, une fois que tous les enregistrements de naissance et tous les documents seront finalisés.

Cette baisse s’inscrit toutefois dans une tendance qui s’observe au-delà des frontières, note Michael Haan, professeur à la Chaire de recherche du Canada sur la migration et les relations ethniques de l’Université Western à London en Ontario.

Dans plusieurs régions et pays du monde, on observe une diminution des naissances, explique-t-il.

Les gens retardent la naissance de leur premier enfant, ce qui leur donne moins d'années où ils pourraient faire grandir leur famille même s'ils le voulaient.

Michael Haan, professeur à la Chaire de recherche du Canada sur la migration et les relations ethniques de l’Université Western
Michael Haan lors d'une entrevue avec CBC.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michael Haan est professeur à la Chaire de recherche du Canada sur la migration et les relations ethniques de l’Université Western.

Photo : CBC

Un déclin qui persiste

Le professeur explique qu’il est ardu de trouver des mesures politiques pour encourager les naissances. C’est qu’avoir un enfant est tellement coûteux en ressource que les incitatifs économiques n’ont souvent pas d’effet.

Le coût d'avoir un enfant est si prohibitif qu'offrir des billets de métro gratuits ou un meilleur accès à l'avant d'une file d'attente pour un hôtel ou un musée ne va pas réduire le coût d'avoir un ou plusieurs enfants, affirme-t-il.

Le chercheur estime que le déclin des naissances risque de se poursuivre encore pour une ou deux années.

En hiver, différentes personnes marchent sur un trottoir de Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les naissances diminuent, ce qui n'est pas de bon augure pour la population en générale du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Aubut

En 2017, il y avait eu plus de 650 décès de plus que de naissances au Nouveau-Brunswick. Ces données pour l’année 2018 ne sont pas encore disponibles.

En 2016, la population du Nouveau-Brunswick était de 747 000 personnes. C’était un déclin par rapport à 2011, avec 751 000 Néo-Brunswickois.

Il s’agit de la seule province au pays à avoir connu une diminution de sa population pendant cette période. Sa population s’est toutefois remise à augmenter plus récemment.

Nouveau-Brunswick

Démographie