•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Steve Roberge n’est plus DG de la Commission de police du N.-B.

Steve Roberge, directeur général de la Commission de police du Nouveau-Brunswick

Steve Roberge, directeur général de la Commission de police du Nouveau-Brunswick jusqu'à tout récemment.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Après avoir été la cible de reproches d'abus de pouvoir la semaine dernière, le directeur général de la Commission de police du Nouveau-Brunswick, Steve Roberge, « n'est plus à l'emploi » de l'organisation. Celle-ci assure qu'il s'agit d'une « question de ressources humaines » et refuse de commenter davantage.

La Commission a confirmé cette information mercredi dans un courriel signé par Jill Whalen, directeur exécutif par intérim.

Le directeur général de l'Association des policiers du Nouveau-Brunswick, Bob Davidson, a lancé des critiques contre Steve Roberge la semaine dernière. Il a notamment affirmé qu’il appliquait la loi sur la police de manière dictatoriale.

L’Association a vivement critiqué la façon dont Steve Roberge gérait les enquêtes concernant les policiers. Cela comprend notamment l’enquête sur la conduite de l'ancien chef intérimaire de la police de Saint-Jean, Glen McCloskey, durant le premier procès de Dennis Oland.

Bob Davidson a qualifié Glen McCloskey de victime d’une mentalité abusive et autoritaire.

Nous ne voulons plus que des agents de police se retrouvent dans une situation où on peut les détruire, a dit Bob Davidson.

Selon un témoignage durant le premier procès Oland, Glen McCloskey aurait demandé à un policier de mentir au sujet de sa présence sur la scène de crime. La police d'Halifax, qui a mené une enquête indépendante, l’a innocenté en octobre 2016.

Engagé en 2014, Steve Roberge avait déjà fait face à des reproches de la part de l’Association par le passé. En 2016, cette dernière menaçait de le traîner devant les tribunaux à cause de commentaires qu’il avait émis à son égard.

Steve Roberge, ancien agent de la Gendarmerie royale du Canada, n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC et Radio-Canada ni la semaine dernière ni mercredi.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers