•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est la fin du congé forcé pour les anciens employés de ServiCom

Plusieurs personnes travaillent à leur poste dans une grande salle.

Les locaux de ServiCom fourmillent de nouveau avec le retour des employés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le début de 2019 est plus réjouissant que la fin de 2018 pour 300 employés du centre d'appels de Sydney en Nouvelle-Écosse qui avaient subitement perdu leur emploi en décembre.

De retour après quelques semaines mouvementées, des centaines d'employés sont soulagés de pouvoir recommencer à travailler.

C'était un grand soulagement. Nous attendions avec impatience notre retour au boulot.

Chauncey Sullivan, une employée
Chauncey Sullivan lors d'une entrevue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chauncey Sullivan, une employée, se dit soulagée de retourner au travail.

Photo : Radio-Canada

Au début de décembre, le centre d’appel de ServiCom a fermé ses portes et annoncé sa faillite, mettant à pied 600 travailleurs du jour au lendemain.

Heureusement pour la plupart d'entre eux, il y a eu ce que certains surnomment le miracle de Noël : le centre a été acheté par l'entreprise MCI, qui s’est empressée de rappeler les employés licenciés.

Déjà 300 d’entre eux sont de retour au travail mercredi, et 200 de plus arriveront lundi. Les autres ont déjà retrouvé un nouvel emploi ou n'ont pas souhaité reprendre leur ancien poste.

De meilleures conditions promises

Le nouveau patron, Anthony Marlowe, a promis en décembre d’augmenter les salaires et d'améliorer les conditions de travail. Cela lui a valu d’être accueilli en héros par les employés.

Anthony Marlowe, le PDG de MCI Canada, brandit une tuque de père Noël à une assemblée à Sydney jeudi soir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anthony Marlowe, le PDG de MCI Canada, a reçu une tuque de père Noël d'une employée licenciée de ServiCom qui retrouvera son emploi en janvier.

Photo : CBC/Tom Ayers

Nous nous engageons fermement à améliorer les conditions de travail, affirme de nouveau le vice-président du centre d'appels, Todd Riley, mercredi.

Les employés vont recevoir 300 $ en bonus d'entrée et conserveront leurs jours de vacances.

Toutefois, plusieurs heures travaillées restent impayées par ServiCom, et la nouvelle entreprise ne s'est pas engagée à les payer.

Le centre d’appels du Cap-Breton offre une gamme de service à la clientèle, de soutien technique, et de télévente. Il est notamment un sous-traitant pour OnStar de GM, la radio satellite Sirius, les assurances Allstate et AT&T.

Nouvelle-Écosse

Emploi