•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin contre la grippe est plus efficace cette année

Une fiole d'un vaccin repose sur une table.
Il est encore temps de se faire vacciner, mais les doses pourraient s'épuiser bientôt, affirme Gabriel Girouard. Photo: Radio-Canada / Guillaume Aubut

La saison de la grippe bat son plein. Fort heureusement, le vaccin connaît un très bon taux d'efficacité cette année, remarquent un médecin et un pharmacien.

On voit que les gens qui ont eu le vaccin ne sont pas affectés et que tous les gens à qui on a servi des médicaments pour la grippe cette année n’ont pas eu le vaccin, affirme Dennis Abud, pharmacien à Dieppe.

On voit vraiment une corrélation.

Dennis Abud, pharmacien
Dennis Abud lors d'une entrevue avec un journaliste. Dennis Abud est pharmacien à Dieppe. Photo : Radio-Canada

Plusieurs jeunes semblent cependant avoir été atteints par la grippe, note le pharmacien, selon son expérience avec les clients. Il y en a beaucoup plus que les années d’avant.

Développer le bon vaccin, pas toujours facile

Créer le bon vaccin pour freiner la grippe constitue un défi. Pour être prêt à temps, le médicament doit être créé, testé et produit des mois avant l’arrivée de la véritable saison de grippe en hiver.

Tout ça doit se décider des mois à l’avance, explique Gabriel Girouard, qui est microbiologiste et infectiologue au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton.

Gabriel Girouard lors d'une entrevue avec un journaliste. Gabriel Girouard est microbiologiste et infectiologue au Centre hospitalier universitaire Dr Georges-L.-Dumont. Photo : Radio-Canada

Chaque année, des médecins et des spécialistes doivent donc jouer à un jeu de prédiction.

Il y a de nombreuses sortes de grippes différentes, que l’on appelle des souches. Les experts doivent prédire lesquelles seront prolifiques pour ensuite s’y attaquer.

C’est un peu comme prédire la météo.

Gabriel Girouard, microbiologiste et infectiologue
Un gros plan sur une aiguille d'un vaccin sur une table. Il faut parfois attendre jusqu'à deux semaines pour que le vaccin fasse son effet dans le système immunitaire. Photo : Radio-Canada / Guillaume Aubut

Toutefois, tout comme avec les conditions météorologiques, les prédictions peuvent être inexactes. On fabrique alors un vaccin dont l’efficacité est faible. C’est ce qui s’est produit l’année dernière.

Il arrive parfois, peut-être une année sur cinq, que le vaccin ne soit pas bien arrimé avec les souches qui circulent.

Cette année, c’est le contraire, souligne le Dr Gabriel Girouard. Le vaccin est efficace, d’où l’importance d’aller se faire vacciner, selon lui.

Il souhaite que la mauvaise expérience de l’année dernière ne freine pas la population à se faire vacciner de nouveau cette année. Ç'a donné très mauvaise presse au vaccin.

Comment prévenir une épidémie de grippe :

  • se laver les mains fréquemment ;
  • éternuer dans la manche ou sur le coude, et non dans les mains ;
  • éviter les personnes contagieuses ;
  • éviter de sortir si vous êtes malade.

Cette année, le virus est de type A (H1N1). Il s’est notamment fait connaître lorsqu’il a provoqué une pandémie en 2009.

Il est important de noter que les personnes vaccinées à l'époque ne sont plus protégées contre ce virus aujourd'hui.

Une grippe ou un rhume ?

Contrairement à l’expression populaire, la grippe n’est pas un rhume. Les deux termes sont souvent interchangés, explique Gabriel Girouard.

Le rhume est plus commun. C’est ce qui provoque de l'écoulement nasal, un mal de gorge et quelques maux de tête. On n’est pas trop malade. Ça peut durer quelques jours.

La mère d'une enfant couchée dans un lit prend sa température à l'aide d'un thermomètre.La grippe est une maladie beaucoup plus grave que le rhume. Photo : getty images/istockphoto / PeopleImages

La grippe, pour sa part, est une menace plus importante. C’est un tableau extrêmement grave qui frappe l’individu très rapidement.

En quelques heures, on peut avoir des courbatures, une forte fièvre, puis de la toux pendant plusieurs jours, explique le médecin. Des complications graves, comme une pneumonie, peuvent suivre un épisode de grippe.

Chaque année, de 1000 à 3000 personnes succombent à la grippe au Canada.

D'après les informations de Mathieu Massé

Nouveau-Brunswick

Vaccination