•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de santé mentale réduits pendant les Fêtes accentuent la pénurie

Un thérapeute en consultation prend des notes.

Les ressources en santé mentale en français sont insuffisantes, une situation qui s'aggrave pendant le temps des Fêtes.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Le temps des Fêtes est un moment de célébrations pour la plupart des gens. Cependant, cette période représente un moment difficile pour certaines personnes qui se sentent seules. Les heures d'ouverture des services de santé mentale sont plus limitées, notamment pour les francophones en Ontario et ceux qui sont exclus à cause de leur différence.

On le sait, durant toute l'année, les ressources en santé mentale en français sont moindres en Ontario, et selon le professeur en sociologie à l'Université d'Ottawa Nérée St-Amand, la situation s'aggrave pendant le temps des Fêtes.

Quand je suis malade, je ne suis pas bilingue est un adage qu'utilise M. St-Amand pour illustrer le besoin de s’exprimer dans sa langue maternelle lorsqu’on ne se sent pas bien. Les gens qui sont en situation de crise doivent pouvoir voir et parler avec un professionnel dans leur langue maternelle, dit le professeur.

Une main de femme tient un téléphone cellulaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une ligne téléphonique permet aux femmes de prendre rendez-vous pour un avortement sans attendre de voir un médecin.

Photo : iStock / Aaron Amat

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario soutient que la ligne d’écoute, ouverte en tout temps, est une solution pour les gens qui ont besoin de services en santé mentale pendant le temps des Fêtes.

Pour M. St-Amand, ce concept est une farce , et une ligne d’écoute n’est absolument pas suffisante pour une personne qui est en situation de crise.

Pour l’auteur du livre Après l’asile, il est clair que les besoins en santé mentale sont accrus pendant le temps des Fêtes, parce que certains, à cause de leur situation financière ou personnelle, se retrouvent seuls.

D'autres, selon lui, exacerbent leurs troubles de santé mentale parce qu’ils consomment plus d’alcool, qu’ils ont une alimentation moins saine et qu’ils se couchent tard, tous des comportements qui peuvent dégrader la santé mentale d’une personne.

Solitude accrue pour les minorités

La période des Fêtes peut être difficile pour beaucoup de gens, mais plus encore pour les personnes vulnérables issues de la communauté LGBTQ2, les nouveaux arrivants, les victimes de violence de toute sorte, les toxicomanes et les sans-abri, selon M. St-Amand, et s'ils ont besoin de services en français, c'est encore plus difficile.

Jayce Carver, la directrice d'un centre communautaire pour personnes transgenres de la région de Windsor-Essex, maintient qu'évidemment le temps des Fêtes est un moment difficile et que les ressources sont moindres.

Selon elle, la situation est pire pour les gens issus de la communauté LGBTQ2, car ils sont souvent rejetés par leurs familles, alors ils se retrouvent seuls pendant que d’autres célèbrent avec leurs proches.

Mme Carver ajoute que le W.E Trans Support est ouvert pendant la majorité du temps des Fêtes pour cette raison. Elle ajoute qu’offrir des services en français est une priorité.

Jayce Carver, W.E Trans Support a les cheveux bouclés teints en blond et des lunettes Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jayce Carver, W.E Trans Support

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva/CBC

Karen Waddell, la directrice de la Maison Sophrosyne à Windsor affirme que les ressources sont plus limitées pour tout le monde pendant le temps des Fêtes, pas seulement pour les francophones.

Le temps des Fêtes est une période au cours de laquelle beaucoup ressentent de la solitude et de la douleur, et ces personnes vont essayer de s’administrer eux-mêmes de la médication en utilisant des drogues ou de l’alcool, mentionne Mme Waddell.

Pour la directrice de la Maison Sophrosyne, il est important d’envoyer le message à tous qu’ils ne sont pas seuls et qu’il est important de demander de l’aide sans avoir peur d'être jugé. La Maison Sophrosyne offre aussi des services en français aux femmes qui voudraient s'exprimer dans cette langue.

Un tissu social trop faible?

Pour Keven Bisson, un travailleur social de la Ville de Québec qui a œuvré pour une ligne d’écoute pour les professionnels, il est clair que les besoins sont criants et d’autant plus aigus pendant le temps des Fêtes. J’étais étonné de voir à quel point ces gens vivent des situations graves, dit-il.

C’était le dernier recours pour des gens qui sont en apparence stables et performants, explique-t-il. Selon lui, la gravité de ces cas s’explique par le refus de certains de demander de l’aide avant que des situations ne deviennent catastrophiques. Ils sont habitués à garder leurs émotions pour eux, dit-il.

Selon M. St-Amand, il ne faut pas blâmer les professionnels de santé, qui ont eux aussi droit au repos, mais plutôt se demander si notre système fonctionne bien et examiner notre façon d’être en tant que société.

Ce dont on a besoin, c’est un tissu social riche, des gens autour de nous qui nous soutiennent, ce qui est difficile à atteindre selon lui, mais pas impossible. Il faut créer plus d'organismes de soutien qui existent en parallèle avec les bureaux de santé professionnels, comme des centres communautaires, dit-il.

M. St-Amand souligne de plus que dans notre société moderne, on manque de ressources à l’intérieur de soi et aussi, spécialement pendant le temps des Fêtes, à l’extérieur de soi, avec la plupart des bureaux de santé qui sont fermés et les hôpitaux qui fonctionnent avec moins de personnel.

Toronto

Santé mentale