•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle année fait son arrivée à travers le monde

Des gens portent des lunettes sur lesquelles ont peut lire l'inscription « 2019 ».

Des dizaines de milliers de gens ont fêté l'arrivée de 2019 à Times Square, à New York.

Photo : Reuters / Jeenah Moon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À leur manière, les peuples du monde ont dit adieu à 2018 et bienvenue à 2019, hier.

Ce sont d'abord les îles du Pacifique-Sud et la Nouvelle-Zélande qui ont célébré l'arrivée de la nouvelle année, étant situées sur le tout premier fuseau horaire de la planète.

L'archipel de Kiribati a été le premier pays à entrer de plain-pied en 2019. Dans la capitale Tarawa, les citoyens ont assisté à des cérémonies religieuses et ont fêté en famille.

Des feux d'artifice sur la tour Sky à Auckland, en Nouvelle-Zélande.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des feux d'artifice ont accueilli la nouvelle année au sommet de la tour Sky, à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Photo : Associated Press / New Zealand Herald/Doug Sherring

En Nouvelle-Zélande, des dizaines de milliers de personnes se sont réunies près de la tour Sky afin d'y admirer le feu d'artifice réalisé sur la structure de 328 mètres. Dans la chaleur de l'été australe, des milliers de personnes ont fêté pendant des heures dans les rues et les plages du pays.

Les feux d'artifice ont aussi été populaires en Australie, où plus d'un million de personnes se sont rassemblées à Sydney pour les célébrations du passage à la nouvelle année. Une quantité record d'engins pyrotechniques ainsi que des couleurs et des effets inédits ont enflammé pendant 12 minutes le ciel de la ville.

Un feu d'artifice illumine la baie de Sydney, en Australie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un feu d’artifice a eu lieu au cours de la soirée du 31 décembre à Sydney, en Australie.

Photo : Getty Images / Brett Hemmings

Puis, c'est l'Asie qui est passée à la nouvelle année.

En Chine, les fêtes du Nouvel An ne sont pas autant célébrées que celle de la nouvelle année lunaire en février. Néanmoins, des événements pour marquer le passage à 2019 ont été organisés dans les grandes villes.

À Beijing, un décompte a été fêté sur l'emplacement des Jeux olympiques de 2008. La ville y accueillera aussi les jeux d’hiver de 2022.

Des citoyens chinois tiennent des lumières fluorescentes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des citoyens chinois se sont réunis près du stade de Beijing pour marquer le nouvel an.

Photo : Getty Images / AFP/Wang Zhao

Aux Philippines, des douzaines de personnes ont été blessées par des feux d’artifice artisanaux, que les habitants allument par tradition, malgré le danger.

Plutôt qu'un feu d'artifice, annulé par respect pour les victimes du tsunami dans la province de Banten, la capitale indonésienne Jakarta a choisi d'organiser le mariage d'un demi-millier de couples pauvres sous des tentes.

Une croyance populaire veut que le bruit éloigne le malheur pour l’année à venir. Les autorités ont pressé les citoyens de s’en tenir à l’observation des feux d’artifice officiels, une consigne que tous n’ont pas suivie.

À Hong Kong, 300 000 personnes se sont rassemblées sur les berges près du port Victoria afin d’assister à un feu d’artifice de 10 minutes qui était alimenté à partir de cinq barges.

Des feux d'artifice à Hong Kong.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hong Kong s'est illuminée pour accueillir la nouvelle année.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Des feux d'artifice dans le ciel de Singapour.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des feux d'artifice illuminent le ciel de Singapour sur le coup de minuit, le 31 décembre 2018, afin de souligner le passage à la nouvelle année.

Photo : Reuters / Feline Lim

Sécurité accrue à Paris

Une foule de fêtards sur les Champs-Élysées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des citoyens commencent à se masser sur les Champs Élysées, à Paris, sous haute surveillance.

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Du côté de Paris, les festivités se sont déroulées sous une forte présence policière, alors que les « gilets jaunes » promettaient de faire un « acte 8 », un « événement festif et non violent », selon le groupe sur sa page Facebook.

Les forces de l’ordre ont établi un périmètre de surveillance très élargi sur les Champs-Élysées, qui comprend notamment des contrôles d’identité et des fouilles. Le périmètre sera sécurisé jusqu'à 3 h le 1er janvier.

Plus de 18 000 policiers ont été mobilisés pour l'occasion à Paris. Les gens qui souhaitaient accéder à la plus célèbre avenue du monde ont été minutieusement fouillés; les bouteilles d'alcool ont été confisquées. Un spectacle son et lumière a marqué le passage à 2019.

La circulation des voitures a été interdite dans la zone, et restreinte dans plusieurs autres « aux abords des Champs-Élysées, de l’Arc de triomphe, de la tour Eiffel et du Champ-de-Mars », écrit la police parisienne.

Chaque année, le 31 décembre, environ 250 000 personnes se rassemblent à Paris pour faire la fête.

Sur l'ensemble du territoire français, 148 000 membres des forces de l'ordre sont alors mobilisés.

À Londres, le feu d'artifice au-dessus du London Eye devait attirer 100 000 personnes. La tour qui abrite Big Ben est en rénovation, mais la fameuse horloge a repris spécialement du service pour sonner les douze coups de minuit.

La liberté d’expression et le journalisme honorés lors des célébrations à New York

Des travailleurs testent une boule lumineuse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des travailleurs ont procédé à un test de la fameuse boule lumineuse de Times Square, à New York, le 30 décembre 2018.

Photo : Associated Press / Julie Walker

Que serait le passage à la nouvelle année sans les célébrations sur Times Square, à New York? Malgré une pluie battante, des dizaines de milliers de personnes se sont réunies pour voir descendre, à minuit, la fameuse boule lumineuse.

C’est un groupe de journalistes qui a mené cette partie des célébrations, en reconnaissance du journalisme et de la liberté d’expression.

Christina Aguilera a réchauffé la foule, vêtue d'une robe et d'un manteau blanc comme neige, tandis que les gens dansaient dans leurs ponchos imperméables.

La célébration s'est déroulée sous haute sécurité. Des milliers de policiers étaient sur place pour assurer la sécurité du public, alors que les fêtards étaient entassés dans des enclos entourés de barricades en métal, où ils ont attendu le coup de minuit.

Mais la météo a obligé la police à abandonner son projet de piloter un drone pour surveiller la foule.

Les spectateurs payaient jusqu'à 10 $ des ponchos en plastique afin de rester au sec. Les parapluies ont été interdits pour des raisons de sécurité.

Du côté de Rio de Janeiro, plus de deux millions de personnes ont célébré le Nouvel An sur la plage de Copacabana.

Un feu d'artifice de 14 minutes a fait passer le Brésil en 2019 quelques heures à peine avant que Jair Bolsonaro, homme politique d'extrême droite, ne prenne ses fonctions en qualité de président.

De nombreux Brésiliens se sont rendus lundi soir dans la capitale brésilienne en vue d'assister à l'inauguration de l'ancien capitaine de l'armée.

Avec les informations de Agence France-Presse, BFM TV, USA Today, La Presse canadienne, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !