•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Partenariat transpacifique devient réalité, malgré l’absence des États-Unis

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Ratifié par le Canada en octobre dernier, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) est entré en vigueur dimanche. Représentant la plus vaste zone de libre-échange au monde, avec 500 millions de consommateurs provenant de 11 pays, cet accord vise aussi à faire contrepoids à l'influence commerciale de la Chine.

Un texte de Michel Marsolais

Alors que les États-Unis de Donald Trump multiplient les mesures protectionnistes, le Canada se tourne vers d'autres partenaires commerciaux et d'autres marchés, notamment dans la zone pacifique.

Discuté depuis 2010, le Partenariat transpacifique est devenu réalité cette fin de semaine, même si les pays partenaires ne l’ont pas tous encore ratifié.

En raison des nombreux différends avec l’administration Trump, le gouvernement de Justin Trudeau a accéléré la ratification de l’accord cet automne. Il est devenu effectif 60 jours plus tard.

Les États-Unis demeureront toujours notre plus grand partenaire économique de par la géographie, la taille de l'économie. Mais en même temps je pense que les gens réalisent aussi que l'économie mondiale est en pleine transformation.

François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et ex-ministre du Commerce international

Qualifiée d’un « accord-clé pour le Canada » par le ministre Champagne, cette entente est perçue comme importante pour positionner le pays de façon avantageuse dans l'Asie-Pacifique.

« Cet accord est un bon accord pour les Canadiens, car il créera de l'emploi et de la prospérité pour la classe moyenne », avait assuré le premier ministre Justin Trudeau lors du Forum économique mondial, à Davos, il y a un an.

Le PTPGP regroupe le Canada, le Mexique, le Chili, le Pérou, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Malaisie, le Vietnam, Singapour et Brunei.

Les États-Unis, qui avaient pourtant lancé les négociations en vue de cet accord sous l’administration de Barack Obama, se sont retirés à l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Des producteurs canadiens inquiets

Le Partenariat transpacifique lèvera les droits de douane sur 99 % des exportations canadiennes vers les pays partenaires.

Mais l'accord ne fait pas que des heureux. Les producteurs agricoles canadiens craignent de nouvelles brèches dans la gestion de l'offre du lait et de la volaille, déjà fragilisée par les traités de libre-échange avec l’Europe et l'Accord Canada–États-Unis–Mexique.

« Les producteurs ne sont pas contents aujourd'hui, on va analyser ça », a réagi Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada, dans une entrevue avec Radio-Canada.

L'industrie ontarienne de l'automobile craint aussi la réaction des Américains face à une augmentation des importations de voitures japonaises au Canada.

Représentant près de 14 % du PIB mondial, le PTPGP apparaît pourtant stratégique pour le Canada, qui tente de ne plus mettre tous ses œufs dans le panier américain.

Accords commerciaux

Économie