•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Dumontier, l'un des architectes du métro de Montréal, s'est éteint

Le reportage de Fannie Bussières-McNicoll
Joëlle Girard

L'un des architectes qui ont contribué à façonner l'identité unique du métro de Montréal, Jean Dumontier, est décédé d'un cancer jeudi, à l'âge de 83 ans.

M. Dumontier a notamment dessiné les plans des stations de métro de Longueuil, rebaptisée Longueuil-Université-de-Sherbrooke en 2002, et de l'île Sainte-Hélène, rebaptisée Jean-Drapeau en 2000.

Plus encore, il est le premier architecte du métro à avoir réalisé lui-même les œuvres d’art de ses stations.

Il a également supervisé les prolongements du réseau dans les années 70 et 80 à titre de directeur de l'architecture au Bureau de transport métropolitain. C'est au cours de ce mandat qu'il a favorisé l’intégration d’œuvres d’art dans toutes les stations ainsi que la diversité des architectes qui participaient à la construction du réseau.

Une murale en béton est photographiée de l'autre côté du quai de la station de métro.Les quatre murales de la station Jean-Drapeau rappellent le thème de l’Exposition universelle de 1967, « Terre des Hommes ». Photo : Radio-Canada

« Pour lui, c'était beaucoup plus que de déplacer les gens du point A au point B, explique l'un de ses deux fils, Paul-Éric Dumontier. Il voulait que les gens soient dans un environnement agréable, [notamment] au niveau des matériaux, qui pouvaient être la lumière, l'espace, le granite. »

Il voulait que les gens lèvent la tête et regardent l'espace dans lequel ils sont. Sortir de la monotonie. C'est pour ça, aussi, qu'il n'y a pas une station qui est pareille.

Paul-Éric Dumontier, fils de l'architecte Jean Dumontier

La vision de M. Dumontier a non seulement contribué au rayonnement local du métro, mais également à l'échelle internationale. De nombreuses délégations provenant d'un peu partout sur la planète se sont déplacées au fil des années pour s'inspirer de l'expertise québécoise.

Jean Dumontier s'est lui aussi déplacé, de Séoul à New York, pour conseiller les équipes chargées de construire, prolonger ou moderniser leur propre réseau.

À la Société de transports de Montréal (STM), on salue d'ailleurs le legs de l'architecte. « L'héritage de Jean Dumontier, et des gens de l'époque qui ont construit le métro, est extrêmement important », explique Benoît Clairoux, conseiller en affaires publiques à la STM, en entrevue au Téléjournal Midi.

« C'est l'un des premiers métros dans le monde où on intégrait l'art dans les stations, et aussi on apportait la lumière naturelle dans la plupart des stations, on utilisait des matériaux différents d'une station à l'autre. [...] À l'époque, c'était vraiment nouveau. »

Des œuvres de béton

Travaillant à même le béton, M. Dumontier a créé des bas-reliefs sur les murs des deux stations qu'il a conçues.

À la station Jean-Drapeau, il a réalisé quatre murales peintes directement sur les reliefs en béton. Les œuvres représentent un personnage de la mythologie grecque, le géant Atlas, qui fut condamné à porter la voûte céleste pour l'éternité.

« La symbolique, c'est qu'au-dessus de la station, c'était Terre des hommes, parce que c'était Expo 67. Donc, c'est l'Atlante qui supporte la Terre des hommes sur ses épaules, explique son fils. C'est sûr que Sainte-Hélène, c'est symbolique. C'est fort pour nous. »

Du côté de la station de Longueuil, l'architecte a décoré les murs de plusieurs segments de lignes asymétriques, toujours à même le béton.

Une photo montre des lignes asymétriques tracées dans le béton d'un mur de la station de métro.Les murales de la station Longueuil–Université-de-Sherbrooke ont été réalisée en 1967. Photo : STM

Né en 1935, Jean Dumontier avait été embauché à la Ville de Montréal dès la fin de ses études en architecture, au début des années 1960. Il s'est rapidement joint à l'équipe qui développait alors le métro.

« Il est sorti de l'école et quelques années après, il s'est retrouvé chargé de réaliser une station de métro quand même importante », résume son fils Paul-Éric, commentant l'évolution fulgurante de la carrière de son père. « Il est de cette génération de jeunes qui a bâti le Québec moderne. »

Transport en commun

Société