•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de la chercheuse et cofondatrice des Éditions du Quartz, Suzanne Dugré

Suzanne Dugré

La chercheuse et cofondatrice des Éditions du Quartz, Suzanne Dugré, est morte à l'age de 76 ans.

Photo : Facebook, suzanne dugré

Émélie Rivard-Boudreau

L'Abitibi-Témiscamingue a perdu une femme de renom cette semaine. L'ancienne professeure de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et cofondatrice des Éditions du Quartz, Suzanne Dugré, est morte le 27 décembre à l'âge de 76 ans. Elle était atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) communément appelée la maladie de Lou Gehrig.

Les hommages affluent pour cette femme qui a marqué le milieu culturel et universitaire de la région.

Lorsqu'elle était professeur de l'UQAT, Suzanne Dugré se spécialisait dans la psychoéducation et la sociologie.

Elle a aussi été une des chercheuses avant-gardistes à s'intéresser aux conditions des Algonquins en Abitibi-Témiscamingue.

Suzanne Dugré et Édith Cloutier
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Édith Cloutier, a collaboré avec Suzanne Dugré alors que cette dernière s'intéressait aux relations entre les Autochtones et les non Autochtones à Val-d'Or.

Photo : Gracieuseté, Édith Cloutier

La directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Édith Cloutier, a collaboré avec Suzanne Dugré alors qu'elle s'intéressait aux relations entre les Autochtones et les non-Autochtones à Val-d'Or.

C'était une première recherche, en fait, dans l'histoire de Val-d'Or, qui portait sur ce regard des Autochtones envers les non-Autochtones et les non-Autochtones envers les Autochtones. Ce sont des travaux qui ont permis de jeter une meilleure compréhension sur nos relations, et ce, bien avant les événements de Val-d'Or en 2015, souligne-t-elle.

Toujours au début des années 2000, elle a aussi effectué un important de travail de recherche sur l'implantation de l'école primaire dans la communauté de Kitcisakik, se souvient le professeur en travail social de l'UQAT, Stéphane Grenier.

Elle était d'une grande humanité et elle était proche des gens sur le terrain. Elle avait aussi un très bon sens de l'humour.

Stéphane Grenier
Suzanne Dugré en compagnie de Réal Couture Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Suzanne Dugré a reçu le Prix Travailleur de l'ombre remis par le Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

L'amour de la lecture

En 2011, la défunte a également été cofondatrice des Éditions du Quartz, pour qui elle a rempli de nombreuses tâches. Elle a notamment été réviseuse littéraire des auteurs Bruno Crépault et de Frédérique Cornellier.

Sélection de textes, correction, liens avec des auteurs, gestion administrative et tout. Elle a fait beaucoup de travail pour les Éditions du Quartz, raconte le directeur littéraire de la maison d'édition, Jean-Guy Côté. Encore récemment, je l'ai vue en octobre, elle m'a confié un manuscrit qu'elle avait reçu par la poste, qu'elle avait lu, ajoute-t-il.

En 2016, déjà atteinte de sa maladie, elle a reçu le prix du « travailleur de l'ombre » au Prix d'excellence en arts et culture de l'Abitibi-Témiscamingue.

Les funérailles de Suzanne Dugré auront lieu le mardi 8 janvier à Rouyn-Noranda.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Société