•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À vos crampons ou à vos pelles, selon votre région

Des courageux ont quand même décidé de faire de la course dans le parc La Fontaine samedi à Montréal, malgré la glace.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le cocktail de pluie, de verglas et de neige qui s'est abattu sur plusieurs régions de l'est du pays, combiné au froid qui arrive samedi, rend les déplacements périlleux, que ce soit pour les automobilistes ou pour les piétons.

Le système dépressionnaire qui s'est abattu sur une partie de l'Ontario, du Québec et des provinces de l'Atlantique au cours des derniers jours s'est presque entièrement dissipé.

L'avertissement de pluie verglaçante d'Environnement Canada était toujours en vigueur samedi matin pour le sud-est de la péninsule gaspésienne. Les précipitations devraient toutefois cesser d'ici quelques heures, selon l'agence fédérale.

Au fil de la journée, les forts vents provenant du nord de la province devraient faire chuter les températures un peu partout au Québec.

À Terre-Neuve-et-Labrador, on attend samedi de 5 à 10 centimètres de neige, notamment à Saint-Jean, où Environnement Canada met en garde contre la poudrerie.

Les routes de la grande région de Québec sont enneigées.

Les routes de la grande région de Québec sont enneigées.

Photo : Radio-Canada

Trottoirs dangereux à Montréal

À Montréal, les déplacements sont déjà particulièrement périlleux pour les piétons qui choisissent d'emprunter les petites rues ou les parcs de la ville.

« Il faut qu'on marche dans le milieu [de la rue] », a affirmé une passante rencontrée tôt samedi matin dans le centre-ville. « J'espère qu'ils vont venir mettre des roches ou du sel pour nous », a-t-elle ajouté, sous son parapluie.

Un autre groupe de passants a confirmé que la vigilance était de mise. « C'est très glissant. Il y a plusieurs fois où on est presque tombés, mais on s'est repris », a résumé une jeune femme.

« Je conseille aux gens d'y aller tranquillement et aux gens qui ont des problèmes physiques, de faire attention », a suggéré un autre piéton, croisé au parc La Fontaine. « Moi, d'où je viens, il y avait zéro sel sur le trottoir », a-t-il souligné.

Du côté de la Ville, on assure travailler d'arrache-pied pour rendre les trottoirs des rues résidentielles plus sécuritaires.

Depuis 48 heures, « notre sel a fait fondre la glace et maintenant avec le gel [...], il faut repasser à nouveau. Donc c'est un combat presque constant et on le mène avec 400 appareils qui sillonnent les 19 arrondissements », a expliqué Philippe Sabourin, porte-parole administratif de la Ville de Montréal, en entrevue à RDI.

J'ai fait des téléphones et tout le monde est à pied d'œuvre actuellement. Ça va nous prendre peut-être de 4 à 8 heures pour refaire le tour des 6000 km. C'est vraiment imposant, mais on va y arriver.

Philippe Sabourin, porte-parole administratif de la Ville de Montréal

M. Sabourin affirme avoir reçu hier, en matinée, un total de 170 appels pour signaler des trottoirs ou des chaussées glissantes. Aujourd'hui, ce nombre a diminué de moitié, dit-il. « On gagne du terrain. »

Des activités hivernales compromises

Le redoux des derniers jours a aussi entamé la qualité de la glace des patinoires de la ville, qui sont généralement impraticables. Les amateurs de patins peuvent toutefois se rabattre sur celle du lac des Castors, sur le mont Royal, qui est réfrigérée.

Les mordus de patin qui veulent s'exercer à tout prix peuvent consulter le site de la Ville de Montréal pour connaître l'état de chacune des patinoires de la métropole, selon l'arrondissement.

Une affiche indique qu'une patinoire est fermée. La glace semble mouillée et fondue.

La plupart des patinoires sont fermées samedi à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Du côté des stations de ski, les montagnes ont vaguement meilleure mine, malgré la température en dents de scie.

« Ce matin, on a une ouverture de tous les centres de ski, mais le nombre de pistes qui est disponible à la clientèle est ouvert de façon graduelle parce qu'avec le changement de température, on fait l'entretien avec l'équipement de damage pour s'assurer que les surfaces soient belles », a expliqué Yves Juneau, président de l'Association des stations de ski du Québec, en entrevue à RDI matin.

« En fin d'avant-midi, toutes les surfaces disponibles seront ouvertes, a-t-il assuré. Ce qui sera peut-être moins praticable, ce sont les sous-bois parce que les dameuses ne seront pas en mesure de se rendre dans ces secteurs-là. »

« Ça varie beaucoup d'une région à l'autre », a précisé M. Juneau. Les skieurs peuvent par ailleurs vérifier les conditions de ski sur le site Internet de l'association.

Avec les informations de Fannie Bussières-McNicoll

Conditions météorologiques

Environnement