•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chats en recherche d’emploi

Un chat errant à Key Largo en Floride observe l'appareil photo

Des chats errants sont adoptés par des agriculteurs et propriétaires d'entrepôt pour chasser les souris.

Photo : Associated Press / J Pat Carter

Radio-Canada

La Société ontarienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a lancé un projet pilote visant à placer des chats asociaux dans des fermes, entrepôts et brasseries où ils peuvent chasser les souris et autres rongeurs.

Le plan de l’organisme est de trouver un toit pour des chats qui ne sont pas habitués à vivre en compagnie d’êtres humains, mais qui ont tout de même besoin que l'on s’occupe d’eux, explique Dave Wilson, directeur principal de la santé et du bien-être en refuge de la SPCA de l’Ontario.

Même si ces chats ne sont pas les plus enthousiastes de quelques câlins, ils peuvent tout de même mettre à profit leurs talents de chasseurs, croit la SCPA.

Essentiellement, en échange des coûts du vétérinaire, de la nourriture, de l’eau, et d’un abri, vous pouvez avoir une solution de contrôle des rongeurs sans cruauté.

Dave Wilson, directeur principal de la santé et du bien-être en refuge de la SPCA de l’Ontario.

Depuis le lancement du programme en octobre, la SPCA a accueilli en moyenne 1 chat errant par semaine et 12 ont obtenu un emploi.

La Société espère augmenter son bassin d’employeurs potentiels pour ses candidats à quatre pattes.

Le projet est piloté à Stouffville, au nord de Toronto, mais M. Wilson indique que des initiatives similaires existent ailleurs en Ontario et dans d’autres provinces.

La Société protectrice des animaux de Guelph a lancé son propre programme de chats travailleurs en 2015 et environ 50 ont été adoptés par année depuis, selon la directrice adjointe Lisa Veit.

Irene LaPointe, une agricultrice de Puslinch, a été une des premières à profiter de ce programme.

Elle a décidé d’adopter ses deux premiers employés félins, Garfield et Georges, après avoir vu de nombreux rats dans son poulailler.

Ceux-ci ont rapidement suivis de Garth, Billy Bob, Ringo et Jenny.

Deux chats dans une grange en train de manger.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux des chats de Mme LaPointe.

Photo : Irene LaPointe

Irene LaPointe affirme que les chats lui demandent peu de travail et qu’ils ont eu un effet incroyable sur sa ferme.

Je n’ai pas vu de souris ou de rats sur la ferme depuis un bon moment, raconte-t-elle.

Combattre la surpopulation

La SPCA de l’Ontario et la Société protectrice des animaux de Guelph vaccinent les chats en plus de leur implanter une micropuce. De plus, tous les animaux sont stérilisés.

Selon Humane Canada, la surpopulation féline a diminué depuis quelques années, cela demeure toujours un problème.

Il y aurait deux fois plus de chats que de chiens qui sont admis dans les refuges animaliers, indiquait Humane Canada dans un rapport en 2017.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Animaux

Société